Studio FV Stationnements à vélos intérieurs. Architecte : Fernando Vazquez

Le tapis de neige de la semaine dernière vous a donné des frissons? Vous souhaiteriez entrer en hibernation plutôt que de passer l’hiver à Montréal?

Rassurez-vous : vous n’êtes pas le seul qui sauteriez la saison du pelletage et des engelures. On doit cependant avouer que nous sommes gâtés à Montréal ces dernières années en termes de programmation hivernale. De la luminothérapie au Quartier des spectacles en passant par l’Igloofest et Montréal en lumière, les activités se multiplient pour nous aider à soulager partiellement ce mal de l’hiver.

Mais pour aller encore plus loin, comment pourrait-on bonifier les infrastructures de Montréal pour affronter cette saison des grands froids?

Des abribus tempérés ou chauffés
Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) à Québec a implanté ces dernières années un nouveau système d’abribus le long de ses circuits les plus fréquentés. Entièrement fermés, ces nouveaux points d’attente maintiennent en tout temps une température intérieure au-dessus de 5 °C. On ne parle donc pas ici d’abribus chauffés, mais plutôt tempérés. Considérant que la température de la ville de Québec peut parfois descendre à -30 °C avec le refroidissement éolien, ces structures sont fortement appréciées par les usagers.

Financièrement, le RTC a calculé que le coût moyen de cette nouvelle mouture d’abribus revient à 2,1 ¢ par usager, comparativement à 1,8 ¢ pour un abribus régulier. Considérant que le ministère des Transports éponge 75 % de la facture et que des partenaires privés financent également ce projet, l’investissement en vaut la chandelle pour la Capitale.

De son côté, la ville de Fort McMurray en Alberta est allée encore plus loin cette année en aménageant des abribus électriques chauffés. Lorsqu’un usager du transport en commun patiente sur le coin d’une rue, il peut activer pendant une dizaine de minutes un système de chauffage  intégré au plafond de l’abribus. D’ici 2013, la Ville installera 300 unités dans l’ensemble de son réseau.

Foyers extérieurs
Vous avez peut-être déjà remarqué ces derniers hivers à Montréal, des foyers extérieurs dans certains festivals. Les familles s’agglutinent inlassablement autour de ces structures, les  transformant aussitôt en lieux éphémères de socialisation.

Pourquoi la ville de Montréal ne multiplierait-elle pas ces foyers dans l’ensemble de la métropole? En sélectionnant quelques points stratégiques, comme aux abords des stations de métro ou sur les trottoirs des grandes artères commerciales, ces structures jouiraient indéniablement d’un grand succès auprès des Montréalais et des touristes. Sans oublier que les itinérants auraient la possibilité de se réchauffer lorsque la température descend sous le point de congélation.

Stationnements à vélos intérieurs
Alors que Montréal multiplie ses efforts pour solidifier sa réputation de «capitale du vélo» en Amérique du Nord, Long Beach en Californie se targue d’être l’endroit le plus «vélo-friendly» aux États-Unis.

La Ville a récemment tissé un partenariat avec The Bikestation Project, un organisme sans but lucratif qui a pour mission de fournir à la municipalité des stationnements à vélos intérieurs sécurisés. Leurs structures à deux niveaux permettent d’entreposer 110 vélos, 24 heures sur 24, en plus d’offrir un atelier de réparation ainsi que des douches pour les gens qui souhaitent se rafraîchir avant de se rendre au boulot. Montréal pourrait-elle s’inspirer de cette initiative pour favoriser la pratique hivernale du vélo?

Aussi dans Maison :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!