Collaboration spéciale Université de Concordia Gita Ghiasi Hafezi

J’ai rencontré Gita Ghiasi Hafezi, candidate au doctorat, lors d’une conférence intitulée «Les femmes en apprentissage profond», il y a quelques semaines de ça. En substance, Gita expliquait la sous-évaluation systématique de la contribution des femmes en science. Lorsque le premier commentaire d’un homme dans l’audience a été «Ceci est faux», j’avoue avoir eu du mal à ne pas constater l’ironie de la situation. Le point avec Gita Ghiasi Hafezi.

Qu’est-ce que l’effet Matilda?
L’effet Matilda a été inventé par l’historienne en science Margaret W. Rossiter en opposition à l’effet Matthew. Il fait référence à la sous-évaluation systématique de la contribution des femmes en science, dont le travail est souvent attribué à leurs collègues masculins. L’effet Matilda tire son nom de Matilda Joslyn Gage, qui a été la première à observer ce phénomène au 19ème siècle. Dans nos recherches, nous avons constaté que les ingénieures sont moins souvent citées malgré le fait qu’elles publient dans des revues à l’impact plus élevé que leurs collègues masculins. Ceci est cohérent avec l’effet Matilda dans le sens où les publications féminines reçoivent moins de reconnaissance que ce qui est attendu,  – dans ce cas, attendu de la revue scientifique dans laquelle leurs découvertes sont publiées. Quand les femmes sont les premiers auteurs, leurs articles reçoivent des citations de leurs co-auteurs à un taux plus haut que celui de leurs homologues masculins. Cela montre que même si les femmes font peu de promotion de leur travail et que leurs publications reçoivent une reconnaissance moindre de la communauté scientifique que ceux de leurs pairs masculins, leur travail est tout de même promu et reconnu à un taux plus élevé par leurs co-auteurs immédiats.

Quels sont les stéréotypes féminins sur le lieu de travail?
Selon la théorie du tokénisme de Kanter (1977), les femmes ont le statut de «jeton» [token en anglais] lorsqu’elles représentent une minorité dans un lieu de travail dominé par les hommes. Dans ses recherches, Kanter met en lumière la pression supplémentaire que les femmes-jetons ressentent à cause de leur représentation disproportionnée et donc de leur visibilité accrue. Ceci conduit souvent à l’exclusion et à l’isolement du groupe de leurs pairs et aboutit finalement à une mauvaise reconnaissance de leur communauté. Parce que les femmes-jetons sont perçues et traitées différemment, elles sont forcées de rentrer dans un rôle cliché, ou dans les termes de Kanter: «un rôle à pièges». La chercheuse identifie quatre personnages clichés: la mère, la séductrice, l’animal de compagnie et la vierge de fer.

La mère: se réfère aux femmes en charge du travail émotionnel. Il faut sourire, être attentionnée, compréhensive et solidaire, échanger des plaisanteries. Bien que le rôle «mère» peut offrir une situation privilégiée pour les femmes, les femmes piégées dans ce rôle sont souvent perçues comme des professionnelles moins sérieuses, en raison de leurs responsabilités maternelles ou émotionnelles.

La séductrice: ce rôle désigne à la fois la sexualité et les rôles sexuels. Par conséquent, cette catégorie s’étend de tout ce qui concerne l’habillement et l’apparence, le comportement et la parole, ainsi que le fait d’être «féminine», jusqu’à la victime de harcèlement sexuel.

L’animal de compagnie: ce rôle est considéré comme mignon, doux ou «girly». Ce type de femmes doit rester sur la ligne de touche ou fonctionner comme décoration dans les réunions. Elles sont perçues comme moins matures et moins compétentes.

La vierge de fer: cette étiquette se réfère aux femmes qui n’adoptent pas le comportement féminin qu’on attend d’elles et montrent des traits masculins. Ce type de femme est perçu comme non conforme car il va à contre-courant.

Pourquoi et comment les femmes sont-elles des jetons («tokens» en anglais) en sciences?
Il a été montré dans l’étude de Larivière et al. (2013) que la production d’articles scientifiques est dominée par les hommes: les femmes représentent moins de 30% des auteur(e)s. Dans cette étude, les disciplines à prédominance masculine sont identifiées comme les sciences militaires, l’ingénierie, la robotique, l’aéronautique, l’astronautique, la physique des hautes énergies, les mathématiques, l’informatique, la philosophie et l’économie. En raison de la faible représentation des femmes dans ces domaines, elles sont plus susceptibles d’y être victimes de tokénisme.

Pourquoi les quotas ne sont pas la solution?
Plusieurs soutiennent que l’introduction de quotas, en tant que solution autonome, pourrait donner lieu à du tokénisme et à un haut niveau de visibilité. Cette visibilité accrue crée une pression accablante sur les femmes pour qu’elles réussissent et elle aboutit généralement soit à de la sous-performance ou de la surperformance, les deux étant des obstacles à l’avancement des femmes en science.

Quelles sont les solutions alors?
La mise en place de quotas en tant que mesure unique serait probablement superficielle pour réparer la fuite des cerveaux et briser plafond de verre pour les femmes en science, à moins qu’elle ne renforce les mesures systématiques d’égalité économique de manière à soutenir la productivité, la diversité et l’inclusion. Je n’ai pas de réponse définitive à cette question. Nous les chercheur(e)s, habituellement, laissons cet aspect aux décideurs. Les bonnes décisions politiques ont le potentiel d’encadrer un système scientifique qui non seulement attire, mais retient les femmes en science, en favorisant également une plus grande collaboration de poids avec les femmes. Cependant, à mon avis personnel, nous (en tant qu’individu) faisons partie de la solution. En tant que professeur(e)s, chercheur(e)s, gestionnaires, étudiant(e)s diplômé(e)s, il est important de garder à l’esprit qu’il existe des préjugés sexistes en science. La prise en compte des mesures d’équité est essentielle pour l’embauche, les évaluations et les processus de collaboration.

Pourquoi les femmes en science citent-elles leurs propres recherches moins que les hommes?
D’une part, les auto-citations sont une partie inévitable de la recherche scientifique. Elles se reflètent dans l’expansion continue de la recherche antérieure d’un(e) chercheur(e). D’un autre côté, les auto-citations sont fortes pour gonfler artificiellement les taux de citations et revigorer la position d’un(e) auteur(e) parmi la communauté scientifique. On peut penser à deux raisons pour lesquelles les femmes s’auto-citent moins que les hommes:

– Cela pourrait être dû au fait que la production scientifique est dominée par les hommes et l’expansion des études antérieures est plus susceptible d’être associée aux hommes qu’aux femmes.

– Cela peut être lié aux différences entre les genres dans les promotions de leurs travaux.

Qu’est-ce que l’effet de sélection?
Les femmes sont toute aussi influençables, voire plus, que leurs homologues masculins dans les domaines d’ingénierie dominés par les hommes. Cela pousse vers un très fort effet de sélection: à moins d’être extrêmement qualifiées et accomplies, les femmes ont tendance à quitter le milieu.

En quoi les femmes en science contribuent-elles à reproduire les préjugés sexistes?
Les femmes contribuent à la reproduction des structures scientifiques dominées par les hommes en formant des collaborations principalement avec des hommes. Par conséquent, on peut dire que les ingénieures se conforment au système scientifique à prédominance masculine au lieu de changer sa structure.

Gita Ghiasi Hafezi est candidate au doctorat au département de génie mécanique et industriel de l’Université Concordia et au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et de technologie (CIRST). Elle est titulaire d’un baccalauréat en génie électrique de l’Université de Téhéran et d’une maîtrise en commerce international de l’Université de Varsovie. Sa thèse porte sur l’équité, l’égalité et les défis du développement des nanotechnologies. Plus précisément, ses recherches se penchent sur l’intersection des inégalités économiques et de genres, et examinent le rôle des femmes dans les progrès des applications de la nanotechnologie pour aider à éradiquer la pauvreté.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!