Le premier téléphone de Google est une réussite.

Google devient un fabricant de téléphones avec le nouveau Pixel, un appareil Android doté de bonnes caractéristiques, d’une construction solide et d’un bon logiciel. Un téléphone intelligent à la hauteur de l’iPhone 7 d’Apple et du Samsung Galaxy S7, qui n’arrive toutefois pas à se démarquer de ses deux grands concurrents.

Google n’est pas un nouveau joueur dans le monde des téléphones intelligents. Le géant de la recherche est après tout responsable d’Android, le système d’exploitation mobile le plus populaire du monde. Le nouveau téléphone Pixel est toutefois le premier appareil que l’entreprise conçoit d’un bout à l’autre, de la même façon qu’Apple fait son iPhone, par exemple.

La comparaison avec Apple est à propos. Non seulement Google s’inspire du modèle d’affaires de la compagnie à la pomme, mais son Pixel ressemble beaucoup à l’iPhone 7, du moins de face. À l’arrière, le design de Google montre heureusement un peu plus d’originalité, avec une surface de verre et un lecteur d’empreintes digitales.

Le téléphone de Google est doté d’une excellente fiche technique. Son processeur Snapdragon 821, ses 
4 Go de mémoire vive et son écran AMOLED de 5 ou 
5,5 po (le Pixel est aussi accompagné d’un grand frère, le Pixel XL) n’ont rien à envier aux autres téléphones sur le marché et devraient lui permettre d’être puissant encore longtemps.

Parmi les rares défauts de l’appareil, notons qu’il n’est pas résistant à l’eau et qu’il n’est pas possible d’augmenter sa capacité avec une carte microSD.

De bonnes performances
Le Pixel offre d’excellentes performances, et ce, sur tous les plans. Son interface est fluide et il n’éprouve aucun problème à faire fonctionner les applications mobiles les plus lourdes. Ses performances seront d’ailleurs suffisantes pour en faire le premier téléphone compatible avec la réalité virtuelle Daydream de Google, qui devrait être lancée prochainement.

La plus grande surprise du Pixel est probablement son appareil photo de 12,3 mégapixels. Malgré des caractéristiques parfois inférieures, celui-ci parvient à atteindre la qualité d’image de l’iPhone 7 et du Galaxy S7, ce qui est tout un exploit.

Côté autonomie, celle du Pixel XL essayé ici est tout à fait convenable, suffisante pour une longue journée. La recharge rapide du téléphone permet aussi de gagner quelques heures en une quinzaine de minutes seulement, ce qui est de plus en plus fréquent.

Un logiciel conçu à la sauce Google
Le Pixel est doté du système d’exploitation Android 7.1, avec quelques ajouts créés par Google, dont certains devraient être uniques pour sa nouvelle gamme de téléphones (du moins pour un temps). C’est notamment le cas de son excellent appareil photo, qui est d’ailleurs fourni avec une capacité de stockage en ligne illimitée.

Le Pixel est aussi le premier téléphone doté du nouvel Assistant Google, qui se veut plus intelligent qu’auparavant. Les premiers essais en anglais avec l’Assistant sont en effet convaincants, mais malheureusement, il faudra encore attendre quelques mois pour pouvoir en profiter en français.

Google promet que son appareil sera mis à jour pendant au moins deux ans. S’il s’agit d’une durée respectable pour un téléphone Android, force est toutefois de reconnaître que le Pixel traîne de la patte par rapport à l’iPhone, qui est généralement mis à jour pendant plusieurs années après son lancement. Dommage.

Est-ce qu’un podium sera suffisant?
Le Pixel impressionne au premier essai. Mais proposer un téléphone «aussi bon» que les meilleurs ne sera peut-être pas suffisant pour Google. Alors que Samsung se démarque encore par son design et Apple par son écosystème, il est difficile de voir quel est le véritable avantage du téléphone de Google, surtout qu’il est vendu au même prix que ses concurrents, soit à partir de 899$ sans entente.

Google offre toutefois pour la première fois un téléphone sans compromis pour ceux qui recherchent une expérience Android pure, et la compagnie met la table pour ce qui s’annonce comme une longue lutte à trois. Une lutte qui pourrait forcer tout le monde à se surpasser et dont les consommateurs pourraient ressortir gagnants.

Aussi dans Techno :

blog comments powered by Disqus