Réflexions sur la transformation d’un géant à l’ère de l’intelligence artificielle.

Google avait annoncé l’année dernière son intention de devenir une entreprise d’intelligence artificielle. On a eu un aperçu de ce qu’est ce nouveau Google récemment, à l’occasion de la conférence pour développeurs I/O 2017. Une transformation en profondeur, dont les répercussions pourraient se faire sentir dans toute l’industrie.

Google a connu plusieurs métamorphoses au fil des ans. De «géant de la recherche», l’entreprise est devenue un «géant de l’internet», puis un «géant de la mobilité». À chaque transformation, Google a évolué en fonction d’un prisme précis, que ce soit en confiant à ses ingénieurs l’analyse de montagnes de données ou encore en misant tous ses jetons sur la mobilité.

En 2017, ce nouveau prisme est l’apprentissage profond, une discipline de l’intelligence artificielle qui permet à l’entreprise de créer de nouveaux produits et d’améliorer les existants d’une façon qui aurait été inimaginable auparavant. À Google I/O la semaine dernière, on a par exemple eu droit à une fonctionnalité de Google Photos pour partager automatiquement les clichés de ses enfants avec son conjoint et à Google Lens, un outil permettant notamment d’identifier une fleur en la photographiant.

Google a même lancé un site de recherche d’emplois, où l’intelligence artificielle classe automatiquement les offres, propose des suggestions aux candidats et donne l’impression que les Workopolis de ce monde ont été créés dans un autre siècle (c’est le cas).

Si vous m’aviez dit en 2015 que Google allait lancer un site de recherche d’emplois, j’aurais éclaté de rire. Mais en 2017, tout ce qui peut être amélioré avec l’intelligence artificielle est désormais un marché potentiel pour Google. Et qu’est-ce qui peut être amélioré avec l’intelligence artificielle? Pratiquement n’importe quoi.

Vers la démocratisation de l’intelligence artificielle
Le lancement de produits créés à l’aide de l’intelligence artificielle n’est toutefois qu’un des volets de la nouvelle stratégie de Google. L’entreprise investit en effet beaucoup d’efforts – et d’argent – pour démocratiser cette technologie, avec notamment la publication de TensorFlow, un outil ouvert et gratuit que les entreprises peuvent utiliser pour effectuer leur propre recherche en intelligence artificielle.

À la conférence I/O, Google a aussi annoncé l’arrivée de TensorFlowLite, pour que les développeurs d’applications puissent améliorer leurs propres services sur les téléphones Android, et de Cloud TPU, un nouveau genre de nuage informatique optimisé spécifiquement pour TensorFlow, qui devrait contribuer à grandement diminuer les coûts associés à la recherche en intelligence artificielle.

L’entreprise a aussi lancé un nouveau portail web, Google.ai, qui recense toutes ses recherches dans le domaine, et elle compte lancer des outils pour simplifier encore plus l’intelligence artificielle au cours des prochaines années.

Le nerf de la guerre
L’intelligence artificielle est sur toutes les lèvres en ce moment. Microsoft a tenu des propos similaires à ceux de Google lors de sa conférence Build au début du mois, et le gouvernement du Québec a annoncé récemment la création d’une grappe en intelligence artificielle à Mont­réal. Cette technologie sera d’ailleurs un des thèmes les plus fréquemment abordés à la conférence C2 Montréal, qui s’ouvre aujourd’hui à l’Arsenal, dans Griffintown.

Un marché en expansion: En 2017, tout ce qui peut être amélioré avec l’intelligence artificielle est désormais un marché potentiel pour Google.

Personne ne prend Google à la légère, mais plusieurs observateurs sous-estiment sa stratégie en concentrant leur analyse sur ses nouveaux produits conçus avec l’apprentissage profond et en percevant la société comme un joueur parmi tant d’autres.

En attirant les entreprises dans son écosystème grâce à la démocratisation de l’intelligence artificielle, en concevant les outils logiciels utilisés par les chercheurs partout dans le monde et en maîtrisant la machinerie sur laquelle cette recherche est effectuée, Google souhaite s’assurer d’être une partie intégrante de cette nouvelle économie qui est en train d’émerger et même, jusqu’à un certain point, d’en contrôler les rouages.

Voilà qui est beaucoup plus pertinent que la mise en service de n’importe quel produit X, Y ou Z.

Aussi dans Techno :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!