Maxime Johnson Un miroir connecté est au cœur de l’expérience de la boutique éphémère Next Big Thing.

Des miroirs connectés et des vitrines intelligentes sont au cœur de l’expérience que propose la boutique éphémère Next Big Thing à New York.

Alors que les achats en ligne affaiblissent le commerce au détail depuis maintenant deux décennies, est-ce que les technologies pourraient un jour contribuer à renverser la vapeur? C’est à cette question qu’une boutique éphémère de New York tente de répondre. Visite d’un magasin à la frontière des mondes physique et numérique.

Next Big Thing est une petite boutique conçue par MasterCard et Marie Claire, qui met de l’avant différentes technologies qui sont déjà sur le marché, mais qui n’ont jamais vraiment toutes été rassemblées en un seul endroit.

«Nous décrivons cet endroit comme une boutique physique 2.0», résume Stephane Wyper, vice-président sénior responsable des partenariats commerciaux chez MasterCard.

L’élément le plus intéressant de la boutique est sans aucun doute le grand miroir connecté qui surplombe les cabines d’essayage. Grâce à des étiquettes RFID intégrées aux vêtements (la même technologie qu’on trouve dans les cartes d’hôtel modernes, par exemple), le miroir détecte tous les morceaux avec nous, et affiche des informations complémentaires, comme les couleurs offertes, les tailles disponibles et les agencements suggérés.

Un chandail est trop serré? Il suffit de demander une taille plus grande directement sur le miroir pour se le faire apporter par un préposé.

«C’est un miroir qui enlève quatre ou cinq points de friction du magasinage», explique Stephane Wyper. Avec un miroir connecté, il n’est plus nécessaire de se rhabiller, de trouver un vendeur, de lui demander si une autre taille est disponible et d’attendre patiemment dans sa cabine : tout le processus est automatisé.

Le miroir nous permet aussi de sélectionner les articles on souhaite acheter et de conclure la transaction sur notre téléphone directement par la suite. Une fois qu’on est sorti, le caissier nous attend avec notre sac, tout simplement. Ceux qui le souhaitent peuvent aussi choisir de se faire livrer certains éléments à la maison. L’achat de vêtements avec un miroir connecté serait en moyenne 40% plus rapide que dans une cabine traditionnelle, selon son fabricant Oak Labs.

«Le miroir donne aussi des données supplémentaires au marchand», ajoute Stephane Wyper. Celui-ci sait non seulement quels vêtements sont populaires, mais aussi ceux que les gens essaient, mais n’achètent jamais, ce qui peut être symptomatique d’un problème dans la coupe, par exemple.

Le miroir dans la cabine d’essayage n’est pas doté de caméras, pour des raisons de sécurité évidentes, mais un écran dans la boutique l’est, pour essayer des lunettes. Ce dernier permet de se voir sous tous les angles avec des verres fumés ou de prescription, et de comparer l’allure de deux montures en même temps. Un détail qui fait toute la différence.

Parmi les autres éléments technologiques présentés, notons un écran tactile situé à l’extérieur du magasin, qui permet d’y faire des achats même après les heures d’ouverture. Pourquoi ne pas plutôt faire son achat sur le web directement, dans ce cas? C’est une bonne question.

Une boutique pour le futur rapproché
La boutique mise sur pied par MasterCard et Marie Claire ne fait pas dans la science-fiction. Aucun robot volant ne vient nous apporter notre linge, et aucun système de reconnaissance faciale ne nouspermet de payer automatiquement sans passer à la caisse, deux approches que souhaite notamment mettre en place Amazon.

Next Big Thing est plutôt un concept destiné à montrer ce qui peut être fait dès maintenant pour améliorer le commerce de détail avec les technologies. Plusieurs de ces innovations devraient d’ailleurs arriver au Canada dans les prochains mois.

Est-ce suffisant pour convaincre les acheteurs de délaisser complètement le web et de revenir exclusivement au bon vieux magasinage en personne? Bien sûr que non. Mais chaque nouveauté qui améliore l’expérience du client est certainement un pas dans la bonne direction.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!