Maxime Johnson La Mercedes-Benz Classe A 2019 intègre plusieurs technologies de pointe, comme la réalité augmentée.

Le nouveau véhicule de Mercedes-Benz est un véritable gadget électronique sur quatre roues.

Réalité augmentée, grands écrans, intelligence artificielle, reconnaissance du langage naturel : rares sont les véhicules qui offrent autant de technologies que la nouvelle Mercedes-Benz Classe A 2019. Voici celles qui ont le plus retenu mon attention lors d’un premier essai de la voiture avant son lancement à automne.

Réalité augmentée

De toutes les fonctionnalités technos offertes avec la voiture à hayon Classe A, la réalité augmentée intégrée au système d’infodivertissement est sans aucun doute la plus impressionnante. Avant de prendre un virage, la carte routière du navigateur GPS est remplacée par la vue extérieure du véhicule, à laquelle des informations sont ajoutées, comme les chiffres des adresses sur les bâtiments et le nom des rues.

La direction est aussi indiquée par de grosses flèches bleues au-dessus de la route, un peu comme dans un jeu vidéo. À ce jour, je n’ai encore jamais vu d’utilisation aussi ingénieuse et pratique de la réalité augmentée. D’ailleurs, mon seul reproche est qu’il devrait être plus facile d’activer la fonctionnalité sur demande (celle-ci s’affiche pour l’instant uniquement avant un embranchement lorsque la navigation GPS est activée).

À quand son intégration au pare-brise directement?

« Dis Mercedes »

La reconnaissance vocale existe dans les véhicules depuis plusieurs années, mais la solution proposée par Mercedez-Benz pour sa Classe A ressemble plus à ce qui est offert dans les téléphones intelligents que dans le monde automobile. On active par exemple la reconnaissance en disant « Dis Mercedes » à haute voix, et on parle à sa voiture avec un langage de tous les jours, et non avec des codes.

Le tout fonctionne bien, même avec l’accent québécois (la firme Nuance, qui a pignon sur rue à Montréal, est responsable de la reconnaissance vocale pour Mercedes-Benz). Le système bénéficierait toutefois d’un vocabulaire élargi. La Classe A réchauffe par exemple l’habitacle lorsqu’on lui dit « j’ai froid », mais ne sait pas quoi faire lorsqu’on affirme « j’ai un peu froid ».

MBUX amélioré

La Classe A est dotée de la nouvelle interface MBUX de Mercedes-Benz. Celle-ci s’affiche sur deux grands écrans, un derrière le volant et un au centre du tableau de bord. Le système offre plusieurs améliorations intéressantes, comme une navigation simplifiée, où il n’est pas toujours nécessaire de passer dans un sous-menu pour activer une fonctionnalité.

L’interface peut aussi être adaptée à son goût, en choisissant l’emplacement des menus les plus utilisés et en changeant son allure (et ce, tant sur l’écran du système d’infodivertissement que sur l’écran avec les cadrans de vitesse). Détail intéressants, des bandes d’ampoules multicolores DEL sur le pare-brise peuvent aussi être personnalisées (comme dans la photo plus bas).

Les ajouts au système ne sont toutefois pas que visuels. Mercedes-Benz a aussi modernisé MBUX en lui permettant par exemple de recevoir des mises à jour par les réseaux cellulaires. Chaque conducteur a aussi accès à ses propres paramètres, et le véhicule peut détecter automatiquement qui est derrière le volant. Les données peuvent aussi être exportées, afin d’être utilisées dans un autre véhicule par la suite.

On contrôle l’interface à l’aide de l’écran tactile ou encore de trois pavés tactiles : un grand entre les deux sièges avant et deux petits sur le volant. Plusieurs fonctionnalités de MBUX sont toutefois également accessibles avec de vrais boutons physiques, notamment le contrôle de la musique et du chauffage. Ceux-ci sont massifs, en métal et particulièrement agréables à utiliser. C’est un ajout simple, mais apprécié, car un écran tactile n’est pas toujours la meilleure façon d’interagir avec son véhicule.

L’intelligence artificielle dans la voiture

La Mercedes-Benz Classe A 2019 se démarque aussi par une fonctionnalité unique dans l’industrie : l’apprentissage grâce à l’intelligence artificielle.

Je n’ai pas eu l’occasion de tester cette fonction moi-même (quelques heures derrière le volant ne sont pas suffisantes pour que le véhicule puisse apprendre), mais la Classe A 2019 devrait en théorie reconnaître nos habitudes avec le temps. Si vous allez toujours à votre cours de yoga le mardi à 15h, la voiture vous offrira par exemple le chemin automatiquement lorsque vous prendrez la route à 14h30. Elle syntonisera aussi Radio-Canada Première à midi pour vous permettre d’écouter les nouvelles et baissera le chauffage quelques minutes après votre départ si c’est dans vos habitudes.

Notons que l’apprentissage est effectué dans l’ordinateur de bord directement, et non dans les serveurs de Mercedes-Benz, ce qui devrait rassurer les défenseurs du droit à la vie privée.

Le système audio Burmester impressionne

Voilà quelques années que Mercedes-Benz offre en option un système audio Burmester avec ses véhicules, et celui de la Classe A 2019 m’a franchement impressionné. Le son est juste et bien balancé, sans trop amplifier les basses comme trop de systèmes le font de nos jours. Écouter Miles Davis ne me donnait pas l’impression d’être dans une discothèque, mais plutôt dans un studio d’enregistrement, où tous les petits détails ressortent avec une clarté exemplaire.

Il est aussi possible de personnaliser le son de différentes façons, notamment pour l’optimiser pour une écoute à quatre personnes ou à deux. Malheureusement, il n’est pas possible de cibler le son pour un seul passager à la fois.

Quelques nouveautés pour les modèles futurs

Les conducteurs européens de la Mercedes-Benz Classe A 2019 auront droit à quelques nouveautés, qui pourraient arriver éventuellement au Canada mais qui ne seront pas prêtes au lancement du véhicule cette année.

La voiture est ainsi dotée de lecteurs NFC, ce qui permet d’utiliser son téléphone pour déverrouiller la portière et démarrer le moteur (en le plaçant simplement sur la surface de recharge sans fil sous le tableau de bord). Ce ne sont pas tous les téléphones qui supportent la fonctionnalité, mais Mercedes-Benz offrira des puces RFID qu’il est possible de coller simplement sur son téléphone pour s’en servir comme clé (ce qui veut aussi dire qu’il sera possible d’accéder à son véhicule si la batterie de son téléphone est à plat). J’espère que la fonctionnalité arrivera rapidement au Canada.

Mercedes offrira aussi plusieurs nouveautés spécifiques à la Classe A dans son application Mercedes Me. Il sera par exemple possible de prévoir des plages horaires avec les membres de sa famille ou ses amis, qui pourront alors utiliser leur téléphone pour déverrouiller la voiture au moment de l’emprunter.

Cette fonctionnalité sera absente du modèle canadien, mais l’application Mercedes Me devrait néanmoins permettre quelques autres usages intéressants. Il sera ainsi possible de vérifier différentes caractéristiques de sa voiture avec son téléphone (pression des pneus, essence), de voir son emplacement sur une carte et d’envoyer des adresses au système de navigation du véhicule à partir d’une application mobile.

Notons finalement que la Mercedes Classe A intègre aussi différentes technologies qui étaient auparavant réservées aux gammes supérieures, comme le système de conduite assistée de la Classe S. Sur la route, la voiture peut ainsi suivre la vitesse de la circulation, prendre les courbes et même changer de voie automatiquement, à condition que l’on garde les mains sur le volant en tout temps.  

Alors que les fabricants automobiles réservent généralement leurs nouveautés technos aux modèles plus dispendieux, il est intéressant de voir Mercedes-Benz opter pour une stratégie opposée (la Classe A devrait être le véhicule le plus abordable du constructeur à l’automne). L’entreprise allemande fait ici le pari que les technologies ne sont plus un luxe, mais un attrait pour leurs consommateurs plus jeunes. Espérons que l’idée fasse boule de neige dans l’industrie.

Aussi dans Vie numérique :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!