Indie Game: The Movie Le film Indie Game: The Movie a contribué à faire connaître les aléas de la création de jeux vidéo indépendants, comme celle du jeu montréalais Fez par le studio Polytron.

Le Centre NAD a tenu la semaine dernière sa première série d’ateliers d’affaires sur le jeu vidéo indépendant Indie Camp.

Dans l’industrie du jeu vidéo, Montréal est surtout associée depuis plusieurs années aux géants Ubisoft et Eidos. Les petits studios gagnent toutefois en popularité, d’où l’organisation par le Centre national d’animation et de design (Centre NAD) de la conférence Indie Camp, qui vise à aider les développeurs indépendants à percer dans le milieu.

Tenu à l’occasion de la série de conférences ELITE 2012, l’Indie Camp a réuni vendredi dernier au Centre NAD quelques dizaines de développeurs en démarrage d’entreprise, mais aussi des gens du milieu, notamment des consultants, des étudiants et des employés de gros studios.

Plus que le développement de jeux, la conférence Indie Camp a surtout abordé des sujets liés aux affaires, comme les modes de financement, la promotion et certains aspects juridiques pointus, dont la possibilité de faire signer des contrats de confidentialité aux gens avec qui l’on discute de ses projets.

«Quand on se lance en affaires, on se laisse facilement emporter par ce qu’on aime – créer des jeux –, mais il est important de s’occuper du reste aussi», explique Jason Della Rocca, ancien président de l’Association internationale des développeurs de jeu vidéo et animateur de la journée.

Montréal en mode rattrapage
Les studios de jeu indépendants ont de plus en plus la cote dans le monde, surtout avec l’explosion de la mobilité et des jeux grand public du genre Angry Birds. Le secteur est toutefois encore assez petit à Montréal, bien que la ville soit reconnue comme une capitale mondiale du jeu vidéo.

«Pendant des années, les talents en jeu vidéo ont été accaparés par les gros studios, croit Jason Della Rocca. Nous ne sommes donc pas au même point que d’autres villes comme Toronto, mais cela commence à changer, avec l’arrivée de Polytron et de Minority Media par exemple.»

«On le voit avec nos finissants; de plus en plus de gens veulent se lancer dans le jeu indépendant. Il y a vraiment une tendance de ce côté», ajoute pour sa part Alexandre Renaud, du Centre NAD.

Les développeurs qui son-gent à fonder leur studio et qui auraient aimé participer à l’événement pourront se reprendre, puisque l’Indie Camp sera de retour l’année prochaine.

Aussi dans Plus :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!