Anicée Lejeune/Métro Bien que la décoration du Bevo soit feutrée et moderne, avec ses lumières rouges et ses fauteuils bulles suspendus au bar, les pierres apparentes et les voûtes ont été conservées afin que le cachet de la bâtisse soit mis en valeur.

Le Vieux-Port a accueilli récemment un nouveau restaurant, le Bevo bar + pizzeria.

En général, il est inutile d’aller bien loin de chez soi pour manger une bonne pizza. D’ailleurs, quand nous avons appris l’ouverture du Bevo bar + pizzeria, nous étions un peu sceptique. Il faut se parer d’une formule originale tout en proposant des saveurs authentiques pour prétendre ouvrir un restaurant italien en plein cœur du Vieux.

Attirer les touristes – acquis d’office en été –, c’est facile, mais faire venir les Montréalais, c’est un autre défi. Et il semblerait que le Bevo ait trouvé la recette!

De la place Jacques-Cartier, on aperçoit, dans la ruelle, la devanture qui a remplacé le Galianno’s – un autre restaurant italien. Malgré la chaleur accablante, la terrasse est pleine, mais ce n’est pas grave puisque nous voulions être à l’intérieur pour nous imprégner de l’ambiance pub urbain et écouter le DJ et ses choix musicaux, éclectiques et très bons. On nous installe à l’étage, ce qui nous permet de découvrir que la place est grande et dispose de plusieurs sections.

Pour nous rafraîchir, nous commandons la version revue du Bloody Mary accompagné d’une tranche de prosciutto frit. Parfumé d’herbes rappelant les odeurs de vacances à Florence, on se délecte du Sangre del Maria. Quant à la carte des bières en fût, elle s’avère plutôt riche.

Sur le menu du chef Giovanni Vella, aucun risque de se tromper. Ce sont là des classiques de la gastronomie italienne. Sa spécialité : la pizza cuite au feu de bois. Nous optons pour la Cotto e bocconcini, composé de prosciutto cotto (du jambon blanc), des champignons portobello, de la sauce aux tomates, de la mozzarella et des bocconcini. Pour patienter, nous commandons des calmars frits.

Petit hic, la pizza arrive avant. Le serveur nous propose d’annuler les calmars, mais nous voulons tout de même y goûter. La friture maison à base de petites herbes n’est pas trop grasse et se mange parfaitement avec la sauce épicée aux tomates rôties.

Pour ce qui est de la pizza, la croûte est mince et croustillante, et suffisamment garnie; le goût des ingrédients n’est pas camouflé par la sauce et la cuisson est maîtrisée. Même si une pizza reste une pizza, nous nous régalons en savourant la simplicité et l’authenticité de celle-ci.

Notre acolyte est pour sa part satisfait par la Capriciosa, faite de saucisses, de champignons, d’œufs durs, de sauce aux tomates et de mozzarella. La pizza étant généreuse, nous ne la terminons pas, d’autant plus que nous voulons goûter à la pana cotta et à sa confiture de framboises. Le serveur précise qu’elle est offerte par la maison. Un geste doublement apprécié puisqu’elle est délicieuse. La crème onctueuse et sucrée termine en beauté ce repas traditionnel aux couleurs de l’Italie.

En résumé

  • L’occasion. Toutes les occasions sont bonnes : entre amis, en amoureux, en famille, pour un 5 à 7, en fin de soirée.
  • L’ambiance et le décor. Ambiance pub urbain, décoration mêlant modernité et authenticité du bâtiment.
  • Les prix. Compter environ 50 $ pour un repas (entrée, pizza et dessert) et un cocktail.
  • Nous avons aimé. Le Sangre del Maria, la pizza au feu de bois et la possibilité de boire un verre et de manger une pizza jusqu’à 2 h le week-end.
  • Nous avons moins aimé. Le service, qui n’est pas encore tout à fait rodé.

BEVO bar + pizzeria
410, rue Saint-Vincent

Aussi dans Bouffe :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!