Le congé de maternité est d’abord et avant tout prévu pour s’occuper de l’enfant. Cela n’empêche pas de commencer à penser et même à préparer son retour au travail.

1. Préparer son départ
«La clé d’un bon retour au travail est d’avoir fait un bon départ. Il faut s’assurer d’avoir une bonne discussion avec son patron sur la façon dont on voit son retour et sur la manière de faire la transition», explique Julie Carignan, associée principale chez SPB Psychologie organisationnelle et conseillère en ressources humaines agréée (CRHA). S’occuper soi-même de former son remplaçant peut faciliter la transition.

Cette mère de trois enfants recommande aussi de garder le contact avec ses collègues pendant le congé de maternité – quitte à leur rendre visite avec la poussette lorsque le retour approche, histoire de se rappeler à leur bon souvenir!

2. Discuter avec son conjoint
Définir les rôles respectifs dans le couple est primordial, selon Julie Carignan: «Je suis surprise qu’encore en 2016, des femmes rentrant d’un congé de maternité soient complètement épuisées, qu’elles disent que leur conjoint ne fait pas assez sa part et pense que “c’est juste à moi d’aller chercher les enfants”. Il faut mettre en place ses plans B et son réseau de soutien pour ne pas être prise au dépourvu au premier pépin et pour éviter de se retrouver en mode panique.»

3. Préparer l’enfant
Ce n’est pas une semaine avant le retour au travail qu’il faut déterminer qui gardera le bébé! Il faut aussi préparer l’enfant à être gardé. On peut commencer par décaler un peu chaque jour son heure de coucher et de lever, afin de l’habituer à un rythme plus matinal. Si on l’allaite, on espace peu à peu les tétées pour en garder une le matin, une au retour du travail et une en fin de soirée.

Par ailleurs, l’infirmière spécialisée auprès des bébés Marie Fortier, ainsi que plusieurs sources indépendantes et une pléthore de mamans ayant passé par là vous le diront : il est préférable d’habituer l’enfant à son nouvel environnement de garde de façon progressive. On peut le faire garder une heure, puis quelques heures et ensuite une demi-journée.

4. Prévoir un retour progressif
La progressivité vaut pour la mère également! Après plusieurs mois d’absence, on peut trouver difficile de renouer avec le 9 à 5 sans période d’adaptation. Il y aurait alors lieu de demander un retour à temps partiel ou la possibilité de faire du télétravail pendant quelques semaines, le temps de s’ajuster.

Selon Karen Messing, professeure émérite au Département des sciences biologiques de l’UQAM, nombre de femmes acceptent un horaire éreintant afin d’être présentes auprès de leur famille, par exemple un travail de nuit. «Au Québec, il est commun d’avoir accès à un horaire de travail selon l’ancienneté, mais il y a peu de chances que la personne senior ait de jeunes enfants à la maison. C’est une situation paradoxale, car les gens qui ont particulièrement besoin de bons horaires ne les ont pas», explique-t-elle.

5. Faire une introspection et s’assumer
Enfin, pour éloigner la culpabilité, Julie Carignan conseille de profiter du congé de maternité pour effectuer une véritable introspection. Celle-ci peut donner lieu à une réorientation de carrière, afin d’être plus en paix avec son rythme de vie. «Trop de mères ne se posent pas la question. Si tu retournes travailler par choix, tu es plus sereine, plus heureuse… et tu es une meilleure mère.»

Aussi dans Carrières :

blog comments powered by Disqus