Haïssez-vous votre patron? Est-il tordu au point de prendre tout le crédit pour votre travail ou vous laisse-t-il le soin de gérer les problèmes qu’il crée?  Psychologue et coauteur du livre Snakes in Suits: When Psychopaths go to work, Paul Babiak a analysé la personnalité de plus de 200 professionnels américains. En utili­sant une liste de critères élaborée par Robert Hare de l’Université de la Colombie-Britannique (la «Psychopathy Checklist»), il a découvert que 4 % répondaient à ces critères. Une personne sur 25!

M. Babiak suppose qu’ils tirent leur épingle du jeu sur le marché du travail en convainquant les gestionnaires de leurs forces. «Les psychopathes font toujours une bonne première impression, explique-t-il. Ils sont charmants et impressionnants. En réalité, ils sont de mauvais gestionnaires et ne sont intéressés ni par leur entreprise ni par leur profession. Ils ne pensent qu’à eux.»

En somme, les psychopa­thes se cachent derrière un masque. Ils se présentent com­­me des chefs charismatiques, mais en fait, ils sont des coquilles vides. Ils n’expriment pas leurs émotions et ne montrent pas de re­mords ou de culpabilité.

Certaines études ont déjà démontré qu’ils avaient de la difficulté à comprendre la nature des sentiments, ce qui expliquerait leur insensibilité et leur faible QI émotionnel. La moitie des patients de Paul Babiak est issue du mon­de des finances. Est-ce que l’intérêt pour l’argent aurait à y voir? Le psychologue suggère que les psychopathes vivent comme des parasites. «Ce sont des opportunistes qui s’attachent aux gens com­me des parasites et drainent leurs ressources, illustre-t-il. Ils cherchent le moyen le plus facile d’arriver à leurs fins et sont donc naturellement attirés là où se trouve l’argent : le milieu de la finance et des affaires.»

Un psychopathe peut aussi être trahi par ses comportements. «Des études ont révélé qu’ils tendent à avoir une relation malsaine avec l’alcool», rappelle M. Babiak. Certains pourraient être tentés de conclure que leur patron est un psychopathe parce que nous aimons accoler des étiquettes. Attention!

Que votre patron soit psychopathe ou tout simplement cruel, ne déversez pas votre fiel sur Facebook ou sur Twitter. Vous risqueriez votre emploi…

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!