Dans le cadre du concours Ça mérite d’être reconnu!, quatre chercheurs de la relève ont été honorés en novembre pour l’impact de leurs travaux sur la société. Il s’agit de la troisième édition de ce concours qui met en lumière le parcours de jeunes universitaires québécois talentueux. Désireux d’en apprendre plus sur leurs recherches qui ont le potentiel de rayonner à l’échelle internationale, Métro les a rencontrés.

CV
Nom : Martin-Hugues St-Laurent
Âge : 34 ans
Formation : Doctorat (2007) et postdoctorat (2008) en biologie, Université du Québec à Montréal
Domaine de recherche : Écologie animale
Occupation : Professeur à l’Université du Québec à Rimouski
Catégorie : Sciences naturelles et génie (ex aequo)

Pourquoi avez-vous choisi ce domaine?
La passion de la biologie et de l’environnement m’habite depuis toujours. J’ai été élevé dans la nature, au bord du fleuve, où je passais mes temps libres en randonnée ou à explorer mon milieu. J’ai souhaité par la suite comprendre les grands espaces et les espèces qui y vivent.

Vos travaux s’intéressent aux perturbations humaines sur la faune. Concrètement, qu’est-ce qui peut être fait pour participer au maintien des espèces?
Nous nous intéressons à plusieurs enjeux, comme la coupe forestière et la construction de la route 175 entre Québec et Saguenay, qui menace le loup gris. Le développement économique est un facteur important à considérer, et nous devons chercher des solutions qui tiennent compte des différents intérêts. Proposer de revoir la quantité d’arbres coupés, tracer des chemins alternatifs, prévoir des infrastructures pour aider la faune à traverser les routes en toute sécurité sont des solutions concrètes.

Quels sont les enjeux à surveiller au cours des prochaines années?
La gestion de l’ours noir, dont on connaît très peu de choses. À certains endroits, les quartiers résidentiels et les humains se rapprochent beaucoup des forêts, et on remarque que l’ours se rapproche également de son côté. Il y a aussi le caribou de la Gaspésie, qui est en voie de disparition; il a le plus haut statut de conservation au Canada. Il faudra trouver de nouvelles stratégies de protection pour cet animal.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!