Getty Images/iStockphoto Les petits ménages étant de plus en plus courants, le nombre de logements de petites dimensions devrait augmenter. Quant aux condos, ils devraient représenter un pourcentage accru du marché de l’habitation.

En 2003, en réprimant quelques larmes, je regardais ma fille, son compagnon et ses amis monter à bord de la limousine blanche qui les conduirait à leur bal des finissants.

Ces hommes et ces femmes forment actuellement le pilier de l’économie du pays et sont devenus propriétaires ou, du moins, locataires. À l’époque, je prédisais qu’à cette étape de leur vie,
le marché de l’habitation serait différent de celui qu’ont connu leurs parents, marqué par des investissements considérables, des maisons spacieuses et une expansion urbaine tentaculaire. Mes prédictions sont encore valables pour la cuvée 2012.

Devant l’évolution démographique du Canada, la conception architecturale et le marketing, beaucoup plus souples, s’adaptent à un éventail de modes de vie, notamment en diversifiant leurs offres. Par exemple, les petits ménages étant de plus en plus courants, le nombre de logements de petites dimensions devrait augmenter. Quant aux condos, ils devraient représenter un pourcentage accru du marché de l’habitation. Ils seront probablement plus grands et luxueusement aménagés (spa et salle de loisirs, pour ne nommer que ces atouts).

En outre, les familles élargies vivant ensemble devraient être plus répandues, car après avoir décroché leur diplôme universitaire, certains étudiants de la promotion 2012 regagneront sûrement le nid familial après s’être rendus compte que leur revenu d’emploi et leur poste ne leur permettent pas d’acheter une propriété. Il y a aussi des chances pour que davantage d’appartements accessoires soient construits lorsque des sous-sols vides ou des premiers étages vacants seront transformés en logements indépendants.

De plus, les maisons et les collectivités où ces dernières sont bâties pourraient évoluer. L’internet faisant partie intégrante de la vie quotidienne, on peut s’attendre à un essor du travail autonome. Conséquemment, les bureaux à domicile devraient continuer à pousser comme des champignons dans de nombreux quartiers. Par ailleurs, étant donné qu’il est de plus en plus difficile de circuler en voiture à l’intérieur et autour des centres urbains, des investissements majeurs devraient être faits dans les réseaux ferroviaires.

Un effort sincère devrait être accompli pour constituer des communautés à densité élevée alliant maisons unifamiliales et plurifamiliales. Elles pourraient aussi accueillir des commerces, ce qui éviterait aux habitants de prendre leur voiture pour aller chercher un carton de lait.

Il est improbable que les finissants de 2012, en tant que consommateurs et utilisateurs de logements, se distinguent fondamentalement de leurs parents. Après tout, ils ont vécu sous le même toit! Néanmoins, comme certaines conditions du marché seront différentes, le secteur de l’habitation le sera aussi.

Aussi dans Immobilier:

blog comments powered by Disqus