Getty Images/iStockphoto

Microbiote. C’est le mot de l’heure dans les domaines de la santé et de la nutrition. Mais qu’est-ce que c’est exactement? Métro s’est entretenu avec le Dr Jean-Pierre Routy pour tenter de comprendre cet univers.

CV

  • Nom : Jean-Pierre Routy
  • Pratique : Médecin spécialiste en hématologie et immunologie à l’Hôpital Royal Victoria
  • Expérience : Depuis 1983
  • En librairie : Auteur de la préface du livre L’étonnant pouvoir du microbiote (Éditions Édito)

1. Qu’est-ce que le microbiote?
C’est le nouveau mot, depuis une dizaine d’années, pour parler de la flore intestinale. Le microbiote se compose de plusieurs milliards de microbes (bactéries, virus, champignons, parasites, etc.) qui vivent dans un écosystème appelé microbiome. Les microbes de l’appareil digestif sont d’ailleurs les plus nombreux de l’organisme. Le microbiote existe parce qu’on vit dans un monde infectieux. Chaque fois que nous sommes en contact avec le monde extérieur, nous entrons aussi en contact avec des microbes. Le corps en tolère certains, mais il faut également qu’il soit capable d’attaquer ou d’éliminer ceux qui nous rendent malades.

2. À quoi sert le microbiote?
Le microbiote prévient le développement de certaines maladies, telles que le cancer, le diabète, l’obésité, les allergies ou encore certaines affections inflammatoires. Si l’immunité existe, c’est principalement grâce aux microbes. Sans eux, le système immunitaire est à son plus bas. Une des découvertes des 10 dernières années a permis de constater que les microbes influencent à 80% notre réponse immunitaire et que ce sont principalement les microbes du système digestif qui y contribuent.

3. Quelle influence peut avoir le microbiote?
Certains microbes du système digestif influencent le contrôle de l’immunité dans tout le corps, et pas uniquement dans le côlon. Par exemple, une étude publiée récemment dans la revue médicale Immunity montre que l’abondance de certains microbes influence la réponse aux traitements de chimiothérapie. On pense également que les pneumonies ou les diarrhées ne sont pas nécessairement causées par la présence d’un nouveau microbe dans l’organisme, mais plutôt par un microbe déjà présent qui aurait été dérangé ou modifié. Donc, une maladie aigüe pourrait être le résultat d’un déséquilibre de la flore.

4. Avons-nous tous le même microbiote?
S’il change dans les deux premières années de la vie, le microbiote est relativement stable pour le reste de l’existence. Néanmoins, il existe plusieurs types de microbiotes. Par exemple, si on habite en Chine, on aura un microbiote différent de celui d’un résidant de Montréal. Par ailleurs, des recherches effectuées en Afrique ont montré qu’en zone rurale, où les habitants ont un microbiote plus diversifié que celui des citadins, il y a moins de cas de cancer du côlon, d’infarctus ou d’inflammation. Donc, une diversité de microbes protégerait l’organisme.

5. Peut-on protéger le microbiote?
Il n’y a pas de façon de protéger le microbiote. Toutefois, l’alimentation peut l’influencer. Par exemple, un végétarien va consommer plus de fibres et aura plus de fermentation qu’un carnivore. En extrapolant, si on mange plus de fibres et moins de sucres et de viandes, on peut diminuer l’inflammation puisqu’elle est influencée par le microbiote. Par ailleurs, le thé, le café ou encore le chocolat – qui ont une forte d’odeur – ont un effet sur les récepteurs qui jouent sur les microbes.

Aussi dans Vivre :

blog comments powered by Disqus