Un composé chimique appelé patéamine A (PatA), extrait des éponges marines, peut prévenir l’atrophie musculaire, qui touche près de la moitié des patients atteints de cancer, lorsqu’il est administré à de faibles doses chez les souris, ont découvert des chercheurs de l’Université McGill. Les résultats de leur étude ont été publiés la semaine dernière dans la revue Nature Communications.

Nommée cachexie, cette atrophie se caractérise par une perte excessive de poids, principalement due à une perte de volume musculaire, de même que par une fatigue, une faiblesse et une perte d’appétit. Elle n’est pas bien comprise, mais la perte de volume musculaire résulterait de l’inflammation associée aux tumeurs. Lorsqu’elle s’ajoute au cancer, la cachexie réduit la qualité de vie et est une cause fréquente de mort prématurée.

Les résultats indiquent que de faibles doses de PatA ont non seulement empêché la perte de volume musculaire chez des souris atteintes de cancer, mais ont également freiné l’atrophie musculaire qui avait déjà été déclenchée par une série de protéines intervenant dans la réponse inflammatoire.

L’étude, dirigée par le Dr Imed Gallouzi, a été financée en partie par la Société canadienne du cancer.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!