L’introduction de paquets de cigarettes neutres (sans logo, couleurs ou lettrage caractéristiques) pourraient avoir des conséquences négatives imprévues, selon l’Institut économique de Montréal (IEDM) qui publie lundi une note économique sur la question.

«Si les consommateurs ne peuvent se fier aux marques comme garantie de qualité et de réputation, ils n’accepteront pas de payer une prime pour ces produits. Concrètement, l’emballage neutre réduirait la prime associée aux marques et donc le prix des cigarettes de marque», indique l’auteur de l’étude, Michel Kelly-Gagnon. Cela aurait pour conséquence d’augmenter le nombre de fumeurs d’environ 3% (+135 000), d’après une étude citée par l’IEDM.

L’Australie et la Nouvelle-Zélande pourraient dès 2012 introduire les paquets neutres afin de tenter de réduire encore la consommation de tabac. Or, selon l’IEDM, aucune étude sérieuse ne fait de lien certain de cause à effet entre les deux.

L’emballage neutre est pourtant préconisé par l’Organisation mondiale de la santé et ses 129 pays membre. Ce type d’emballage permettrait notamment de mettre en valeur les avertissements de santé publique qui figurent déjà sur les paquets.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!