© istock.com/egorych

Cela ressemble à de la science fiction mais ce n’en est plus: des scientifiques sont parvenus à faire voler un mini avion propulsé par vent ionique, une première «historique» qu’ils jugent prometteuse pour l’industrie des drones et de l’aéronautique.

Ce type de propulsion consiste à utiliser un champ électrique pour accélérer des ions (particules chargées) qui entrent en collision avec l’air, créant un «vent» qui fait avancer l’avion.

Silencieux, cet avion est paré de vertus: ses pièces mécaniques n’ont pas à être mobiles, il n’est pas équipé d’un moteur à combustion. Il ne consomme donc pas de carburant et ne produit pas d’émissions polluantes. Un bel avenir lui semble promis si les scientifiques parviennent à transformer l’essai à plus grande échelle.

Le prototype expérimental, présenté mercredi dans la revue Nature, est une sorte de drone composé d’une aile, soutenant un dispositif de propulsion filaire, couplé à une batterie haute tension qui produit du vent ionique.

L’avion, dont l’aile a une envergure de 5 mètres, pèse 2,45 kilogrammes. Il a réussi à parcourir jusqu’à 55 mètres à la vitesse de 4,8 mètres par seconde, lors d’une série de vols test réalisés en intérieur aux Etats-Unis par une équipe du MIT (Massachussets Institute of Technology).

«Il s’agit du premier vol prolongé d’un avion utilisant la propulsion électroaérodynamique», a souligné Steven Barrett, du département aéronautique du MIT.

«Le futur de l’aviation ne devrait pas résider dans des choses comme les hélices et les turbines. Cela devrait plutôt ressembler à Star Trek, avec une sorte de lueur bleue et quelque chose qui plane dans les airs», a-t-il dit.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!