Justin Sullivan/Getty

À défaut d’effectuer rapidement la mise à jour de l’application, les millions d’utilisateurs de WhatsApp devront faire preuve de prudence dans leurs communications. Une faille informatique importante, révélée plus tôt en semaine par le chercheur israélien Kasif Dekel, pourrait causer de gros maux de tête aux adeptes de ce service de messagerie instantanée, qui gagne en popularité depuis son acquisition par Facebook en 2014.

La faille, surnommée MaliciousCard, a été détectée dans WhatsApp Web, qui permet d’accéder à ses messages personnels par un navigateur Internet. Cette interface, disponible sur iPhone depuis juillet dernier, compterait près de 200 millions d’utilisateurs. Si vous êtes des leurs, méfiez-vous des fiches contact (vCard) dont vous ne connaissez pas l’expéditeur. Bien que le geste semble anodin, le téléchargement de ces fiches pourrait être suivi de la réception d’une panoplie de logiciels malveillants tels des «rançongiciels», des «bots» ou des «chevaux de Troie».

CheckPoint, la société de Kasif Dekel, a informé WhatsApp du problème et le service a rapidement procédé à une mise au point de son application. La mise à jour est disponible et fortement recommandée aux utilisateurs à partir de la barre de notification de l’interface web.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!