NORTH YORK, Ont. – La perchiste québécoise Mélanie Blouin n’a pas connu une performance à la hauteur de ses attentes, jeudi soir.

Blouin s’est contentée d’un score de 4,15 mètres, sa moins bonne performance cette saison, et elle a été reléguée en septième position lors de l’épreuve du saut à la perche aux Jeux panaméricains de Toronto.

«Je ne le sentais pas aujourd’hui, a dit Blouin candidement. Il y a des journées où on est plus allumée que d’autres, et j’avais de la difficulté à mettre tous les morceaux techniques de chaque saut ensemble — comme le renversé, par exemple.»

L’athlète de 25 ans, originaire de Québec, a bien tenté de surpasser la barre à 4,30 m, mais elle a raté ses trois essais à cette hauteur. Elle n’a donc pu améliorer son meilleur résultat cette saison, qui est de 4,50m.

«Je m’attendais à un peu mieux. Quand j’ai vu que j’avais raté mes trois essais à 4,30m, je me suis dit: ‘merde, c’est plate’, a-t-elle raconté. Mais tant qu’à être ici, je me suis dit que je devais prendre toute l’expérience que je pouvais.»

C’est finalement la Cubaine Yarisley Silva, médaillée d’argent aux Jeux de Londres en 2012 et d’or aux Jeux panaméricains de Guadalajara en 2011, qui l’a emporté avec un saut de 4,85m — surpassant du même coup son propre record panaméricain (4,75m). La Brésilienne Fabiana Murer, championne du monde en 2011, a terminé deuxième avec un saut de 4,80m, devant l’Américaine Jennifer Suhr à 4,60m.

«Quand je regarde ça, je ne me sens pas démoralisée, je me dit plutôt que c’est vraiment impressionnant», a confié Blouin.

«J’ai regardé les autres compétitrices pour trouver leurs points forts, a-t-elle ajouté. Elles étaient toutes très calmes, mais agressives. Je n’étais pas suffisamment agressive, donc la prochaine fois — je pars la semaine prochaine en Allemagne pour trois compétitions — ce sera mon objectif.»

Le résultat de Blouin, qui a terminé au 19e rang à ses débuts aux Jeux olympiques de 2012 à Londres, n’est peut-être pas à la hauteur de ses attentes, mais il vient mettre un baume sur deux saisons cauchemardesques.

La perchiste, qui étudie la nutrition à l’Université Laval, revient de loin après avoir souffert d’une série de blessures. Après sa participation inattendue aux Jeux de Londres, elle a raté la saison 2013 en raison d’une importante contusion à un orteil du pied gauche.

La malchance l’a de nouveau frappée la saison suivante, alors qu’elle s’est déchirée un tendon du biceps droit la contraignant à passer sous le bistouri. Pour mettre la cerise sur le sundae, à l’automne 2014 elle a subi une commotion cérébrale après avoir raté son atterrissage dans le matelas, la forçant à rater trois mois d’activités supplémentaires. Heureusement, tout ça est maintenant derrière elle.

Blouin se dirigera maintenant vers l’Allemagne, où elle participera à trois compétitions au cours des prochaines semaines.

Hyacinthe en finale du 200m

Sur la piste, la sprinteuse Kimberly Hyacinthe a enregistré un chrono de 22,81 secondes en demi-finales du 200m féminin, confirmant du même coup sa participation à la finale vendredi.

«Je courais un peu à l’aveugle dans le couloir no 8, donc quand j’ai vu les filles arriver dans mon angle mort je me suis crispée un peu, a-t-elle admis. Mais vendredi ce sera une autre histoire.»

Hyacinthe, de Lachenaie, disputait sa première épreuve en athlétisme dans la Ville reine jeudi. Elle a indiqué en avoir juste assez fait pour assurer sa place vendredi.

«Je ne pensais pas à mon temps, je voulais juste passer en finale, a confié Hyacinthe. Je savais que ç’a prenait un chrono sous la barre des 23 secondes.»

La Québécoise, qui est âgée de 26 ans, avait terminé troisième de sa vague avec un chrono de 23,30 en quarts de finale jeudi matin. Bien qu’elle ait abaissé son chrono du matin en demi-finales, Hyacinthe est consciente que la compétition sera relevée en finale — avec notamment la présence de plusieurs Américaines et Jamaïcaines.

Hyacinthe, dont le meilleur chrono sur 200 mètres est de 22,78 secondes, aura une journée chargée vendredi, puisqu’en plus du 200m, elle devra retourner en piste un peu plus tard pour les demi-finales du 4 x 100m.

En fin de soirée, Marc-Antoine Lafrenaye-Dugas, de Sherbrooke, a terminé neuvième au lancer du disque avec une performance de 55,79m.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!