Claude Majeau La 27e Nuit des sans-abri a eu lieu vendredi soir.

MONTRÉAL — La 27e Nuit des sans-abri a réuni vendredi soir des milliers de personnes dans 37 villes du Québec.

Des élus de tous les partis politiques ont participé à l’événement, à Montréal et Québec notamment.

La Nuit des sans-abri a comme objectif de sensibiliser la population aux réalités et enjeux de l’itinérance mais aussi d’interpeller les acteurs politiques afin que des solutions soient apportées pour prévenir et réduire le phénomène.

Selon le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), plusieurs avancées ont été enregistrées en matière de cohabitation sociale ou de logement, mais il reste encore «du chemin à faire pour éviter la rue à nombre de personnes et en sortir d’autres durablement».

L’itinérance est un phénomène en croissance, particulièrement à Montréal. La fréquentation des ressources d’hébergement pour hommes et pour femmes a enregistré des records, atteignant l’hiver dernier plus de 80 000 nuitées d’occupation.

Selon le Réseau, la Politique nationale de lutte à l’itinérance adoptée en février 2014 est un levier essentiel pour agir dans la bonne direction, à la fois en prévention et réduction de l’itinérance. Elle identifie les avenues à privilégier et depuis, un plan d’action intersectoriel en itinérance est venu s’ajouter, intégrant une série d’actions nécessaires à mettre en oeuvre sur le terrain.

Cette année, la Nuit des sans-abri s’est déroulée sous le thème «Pas dans ma cour», faisant référence à la position de rejet à laquelle les personnes et organismes se retrouvent parfois confrontés lorsque qu’il s’agit de développer un projet de logement social, mais aussi juste de faire valoir leur droit d’occuper l’espace public.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus