CALGARY — Une femme de Calgary accusée relativement à la mort de son fils de 7 ans s’était penchée sur des méthodes de médecine non conventionnelle près d’un mois avant que le petit Ryan ne succombe à une infection streptococcique.

Tamara Lovett, âgée de 47 ans, est accusée de négligence criminelle et d’avoir manqué à fournir les choses nécessaires à l’existence.

Elle avait tenté de guérir son fils avec de l’huile d’origan et du thé de pissenlit. Une importante défaillance d’organe, provoquée par un sepsis, a finalement causé la mort du garçon en mars 2013.

Vendredi, la cour a entendu le témoignage de l’agent de police de Calgary qui a examiné l’ordinateur et le téléphone cellulaire de l’accusée. Gary Novokowsky a affirmé qu’en février, elle aurait mené sur internet des recherches contenant les mots «aine enflée, ganglions lymphatiques» ou encore «mal des rayons». Elle se serait également informée sur les infections et les douleurs à l’oreille.

La veille de la mort de son fils, Tamara Lovett aurait aussi lancé des recherches sur la jaunisse, les remèdes maison de même que les herbes bénéfiques pour le foie.

Tamara Lovett avait confié aux policiers que son fils était aux prises avec des saignements de nez et des symptômes de la grippe durant plusieurs semaines, mais que son état ne s’était aggravé que quelques jours avant sa mort.

Sa peau a pris une teinte jaunâtre, son urine était foncée et il disait ressentir une douleur aux jambes. Il avait même de la difficulté a se tenir debout, a-t-elle ajouté.

Le jour de sa mort, elle aurait finalement composé le 911 après qu’il eut été pris de convulsions.

Dans cet interrogatoire filmé, elle a soutenu s’être rendue dans une clinique dite holistique avec son fils à plusieurs reprises par le passé.

La mère endeuillée dit avoir pris conscience qu’elle devrait peut-être emmener son fils à l’hôpital la veille de sa mort.

On peut l’entendre sangloter durant la majeure partie de l’enregistrement de cet entretien avec les policiers.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!