OTTAWA — L’homme d’affaires Kevin O’Leary affirme qu’il s’est fait recommander de se lancer dans la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada (PCC) par un comité exploratoire qu’il avait mis sur pied en décembre.

Dans une vidéo publiée jeudi sur son compte Facebook, il a déclaré qu’il était toujours en réflexion, mais il a trahi ses réelles intentions en affirmant à plus d’une reprise qu’il comptait prendre le chemin d’Ottawa.

L’ancien «dragon» de l’émission «Dragon’s Den» a entre autres lâché qu’il allait «y penser dans les prochains jours, prendre (sa) décision sous peu, puis entreprendre cette aventure avec vous» et que «nous allons faire ça ensemble».

«Je dois aller à Ottawa avec une équipe forte pour remettre le pays sur les rails pour vous», a également soutenu Kevin O’Leary dans cette vidéo qui avait été visionnée près de 100 000 fois en l’espace de trois heures, selon les statistiques affichées jeudi vers 13 h.

Il a par ailleurs signalé avoir reçu un rapport «très encourageant» du comité composé de «distingués membres conservateurs» dont faisait notamment partie l’ancienne leader du gouvernement de Stephen Harper au Sénat, Marjory LeBreton.

Le groupe a conclu que M. O’Leary serait «clairement sur le chemin de la victoire» s’il sautait dans l’arène et qu’il était par ailleurs le seul des candidats conservateurs à pouvoir se mesurer à Justin Trudeau aux prochaines élections, a affirmé le principal intéressé.

L’homme d’affaires et vedette de téléréalité ne prononce pas un mot de français dans cette vidéo tournée dans sa ville natale de Montréal. Il a affirmé dans le passé qu’il ne voyait pas la nécessité d’apprendre l’autre langue officielle du pays pour occuper le poste de chef du PCC.

D’aucuns le soupçonnent d’ailleurs de retarder sa décision de se lancer simplement pour éviter d’avoir à prendre part au débat du 17 janvier prochain, à Québec, qui se déroulera exclusivement dans la langue de Molière.

L’un de ceux qui ont lancé cette accusation, le candidat Andrew Scheer, a de son côté ajouté quatre députés, tous québécois, à la liste d’élus qui le soutiennent dans sa tentative de se faire élire, jeudi.

Avec Luc Berthold, Pierre Paul-Hus, Alain Rayes et Sylvie Boucher, ils sont maintenant 23 élus conservateurs à appuyer le Saskatchewanais.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus