SAINT-APOLLINAIRE, Qc — Une quarantaine de personnes opposées au projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire, dans la région de Lotbinière, se sont manifestées pour bloquer un éventuel changement au zonage du secteur concerné. Elles avaient jusqu’à mercredi, au plus tard, pour le faire.

Le nombre d’opposants est donc suffisant pour qu’un registre soit mis à la disposition des résidants de la zone concernée et de ceux de la zone voisine. Au cours des prochains jours, le Directeur général des élections (DGE) fixera le nombre exact de personnes autorisées à signer ce registre.

Le résultat de leur vote, à être tenu pendant cinq jours, dira s’il y aura référendum ou non, l’étape devant ultimement déterminer s’il y aura changement au zonage.

Un peu moins de 100 personnes seraient appelées à se prononcer lors d’un éventuel référendum, avec un résultat requis de 50 pour cent plus un, selon ce qu’a indiqué le maire de Saint-Apollinaire, Bernard Ouellet, en entrevue avec La Presse canadienne.

M. Ouellet a dit ne pas oser vraiment «faire campagne», soulignant que les gens savent que «les élus sont unanimes pour le changement de zonage».

«Je ne sais pas si les opposants deviendraient un peu agressifs. Ce n’est pas mon style de faire du porte-à-porte, et déranger le monde à la maison. Je n’en fais même pas en campagne électorale», a laissé tomber le maire.

Le maire de Saint-Apollinaire s’est prononcé pour le projet de cimetière musulman, notamment lors d’une rencontre publique d’information tenue le 29 mars, à laquelle plusieurs dizaines de citoyens ont participé.

Des membres de la communauté musulmane de Québec y étaient. Certaines personnes avaient rappelé la fusillade meurtrière perpétrée au Centre culturel islamique de Québec — qui a fait six morts et plusieurs blessés — en soutenant que la collectivité devait montrer de l’ouverture à l’égard d’une communauté durement éprouvée.

M. Ouellet a souligné que le changement de zonage était pour un cimetière, qu’il soit juif, catholique ou multiconfessionnel. Dans les faits, a-t-il admis, le projet est celui d’un cimetière musulman. Il y a au moins un autre cimetière catholique dans la localité d’environ 6000 habitants.

«C’est le fait que ce soit réservé (aux musulmans). Il y a des gens qui ont peur d’eux terriblement. Il y a des gens qui n’en veulent pas ici. C’est minoritaire», a-t-il dit à propos de l’opposition au projet.

Le maire a affirmé que la démocratie allait être «respectée jusqu’au bout», précisant toutefois que la première étape vers un registre est bien différente des procédures subséquentes.

«La prochaine étape est quand même différente de celle que l’on vient de vivre. Les gens doivent sortir pour venir signer. Ce n’est pas comme deux personnes qui viennent à ta porte et te montrent un papier comme une pétition en essayant d’être convaincantes pour le « non ». Ce n’est pas la même attitude», a-t-il fait valoir.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!