MONTRÉAL — L’homme de 41 ans arrêté au terme d’une cavale de près de 24 heures après l’enlèvement de son fils à Saint-Eustache a été transféré à l’hôpital, samedi après-midi, après s’être blessé.

«L’accusé a subi des blessures qui ont requis une évaluation médicale et un transfert à l’hôpital», a déclaré la sergente d’état-major de la Police provinciale de l’Ontario (PPO), Carolle Dionne.

Selon Mme Dionne, le Québécois a été transporté vers un centre hospitalier en ambulance.

L’homme avait comparu par visioconférence, un peu plus tôt en journée, depuis le poste de police de Renfrew, où il était détenu depuis son arrestation, vendredi soir.

Un juge avait alors tranché qu’il serait remis aux policiers de la Sûreté du Québec dès samedi, avaient indiqué les autorités ontariennes.

De son côté, la SQ disait ne pas être en mesure de confirmer cette information en fin de journée samedi. On ignore donc à quel moment le suspect comparaîtra et sous quels chefs d’accusation.

Mme Dionne a ajouté que la justice ontarienne n’a porté aucune accusation contre le Québécois pour le moment, mais qu’une enquête se poursuivait.

Elle a précisé que la priorité de la PPO était de «s’assurer que la situation et les accusations de la SQ soient priorisées».

L’enfant du suspect, âgé de six ans, faisait l’objet d’une alerte Amber au Québec et en Ontario après que sa mère eut été retrouvée sans vie au domicile familial à Saint-Eustache, dans les Laurentides, jeudi.

Le garçon a été retrouvé sain et sauf, vendredi soir, près de Griffith, en Ontario, dans le véhicule conduit par son père.

Il a depuis été pris en charge par les services sociaux ontariens.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!