Andrew Vaughan / La Presse Canadienne Stephen McNeil.

HALIFAX — Plus de la moitié des contribuables de la Nouvelle-Écosse bénéficient depuis lundi d’une baisse d’impôt provincial, ce qui leur laissera en moyenne 160$ de plus en poche cette année, estime le premier ministre libéral, Stephen McNeil.

Environ 500 000 contribuables de la province profiteront de cette baisse d’impôt, qui s’applique aux revenus de 75 000$ ou moins. La mesure se traduit en fait par une hausse progressive de l’exemption personnelle de base, qui pourra augmenter de 3000$ dans certains cas. La modification fiscale coûtera 85M$ au gouvernement.

Grâce à cette mesure annoncée dans le dernier budget, 63 000 contribuables de la Nouvelle-Écosse ne paieront plus d’impôt provincial sur le revenu, et réaliseront ainsi des économies moyennes de 264$ par année. Le premier ministre estime que cet argent retournera dans l’économie de la province.

M. McNeil qualifiait mardi cette mesure de «plus importante baisse d’impôt de toute l’histoire de la province», mais sa ministre des Finances s’est faite plus modeste. Dans un communiqué, mercredi, Karen Casey a plutôt parlé de «l’une des plus importantes baisses d’impôt de l’histoire récente de la province».

Le chef du Nouveau Parti démocratique de la Nouvelle-Écosse, Gary Burrill, a estimé mercredi que le gouvernement aurait mieux fait de hausser à 15$ le salaire minimum, qui est actuellement de 10,85$ l’heure, après une hausse en avril dernier de 15 cents. Le premier ministre McNeil répond que sans la baisse d’impôt, les effets de la hausse de 15 cents du salaire minimum auraient été annulés par l’inflation.

Les libéraux de Stephen McNeil ont été réélus en mai dernier pour un deuxième mandat.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!