SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Un homme de Terre-Neuve-et-Labrador qui avait été agressé sexuellement par un travailleur social alors qu’il avait 15 ans a conclu une entente à l’amiable avec le gouvernement, qui lui versera 750 000 $.

L’avocate Lynn Moore a indiqué jeudi que la province admet ainsi sa part de responsabilité dans l’agression subie en 1986 par la victime, aujourd’hui dans la quarantaine, qui a souffert toute sa vie de problèmes de santé mentale. L’agresseur, quant à lui, est aujourd’hui décédé.

Me Moore a soutenu que le gouvernement avait trahi la confiance du jeune homme qui était sous la responsabilité des services sociaux. Selon l’avocate, l’homme, qui n’est pas identifié, avait été placé en familles d’accueil avant d’être confié, à l’âge de 15 ans, à l’orphelinat de Mount Cashel, de sinistre réputation. C’est là qu’un travailleur social l’a pris sous son aile, allant jusqu’à l’emmener avec lui dans des sorties à l’extérieur de l’orphelinat.

Un soir, le travailleur social a fait boire l’adolescent et l’a violé à plusieurs reprises, chez lui. La victime ne s’en est jamais remise, soutient Me Moore: l’homme a raté ses études à cause de problèmes de santé mentale — il a reçu un diagnostic de syndrome de stress post-traumatique, de trouble d’anxiété sociale et de trouble dépressif important. L’homme a finalement décidé de déposer une poursuite 30 ans plus tard, en 2016, lorsqu’il a établi un lien entre les agressions et ses problèmes vécus au travail.

Me Moore a indiqué que le gouvernement avait admis ses torts en octobre et accepté, le mois dernier, de verser une indemnité de 750 000 $.

L’orphelinat de Mount Cashel, à Saint-Jean, était tenu par une congrégation catholique irlandaise, les Frères chrétiens. D’anciens pensionnaires ont raconté qu’ils y avaient été battus et agressés sexuellement. L’établissement a été fermé en 1990, et l’édifice a même été complètement rasé deux ans plus tard.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!