VANCOUVER — WestJet (TSX:WJA) a interjeté appel d’une décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique qui a refusé de rejeter une demande d’action collective accusant le transporteur aérien d’avoir favorisé une culture d’entreprise tolérant le harcèlement contre ses employées.

Selon WestJet, la juge Mary Humphries a eu tort de rejeter sa demande. Le transporteur fait valoir de nouveau son argument voulant que la dispute doive être réglée devant un tribunal des droits de la personne ou une commission des accidents de travail.

Le transporteur aérien ajoute, dans un document déposé à la cour, que le délai de deux ans pour porter plainte a été dépassé et que la poursuite originale aurait dû être interrompue en attendant une décision en appel.

Mandalena Lewis, une ancienne agente de bord, poursuit WestJet pour des allégations de discrimination fondée sur le sexe. Elle reproche à son ancien employeur de ne pas avoir tenu sa promesse de procurer aux femmes un environnement de travail exempt de tout harcèlement.

Mme Lewis n’a pas commenté la demande d’appel.

Les allégations de Mme Lewis n’ont pas été prouvées devant les tribunaux.

L’action collective vise à représenter toutes les employées de WestJet, anciennes et actuelles, qui ont été couvertes par ce qu’elle qualifie de « promesse anti-harcèlement ». La demande d’action collective n’a cependant pas encore été approuvée.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!