Josie Desmarais/Métro

MONTRÉAL — Le pédophile récidiviste Robert Perron a plaidé coupable, jeudi, à deux accusations de non-respect des conditions.

Perron, 37 ans, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrestation à la suite de révélations du Journal de Québec faisant état de son emploi comme gérant d’un restaurant où travaillent des mineurs, s’est rendu jeudi matin aux autorités du palais de justice de Québec.

Il a aussitôt été mis en accusation pour avoir accepté un emploi le plaçant en relation de confiance ou d’autorité vis-à-vis de personnes âgées de moins de seize ans et pour avoir eu des contacts avec une personne âgée de moins de seize ans.

Il a enregistré un plaidoyer de culpabilité devant le juge Gilles Charest, de la Cour du Québec.

Les observations sur la peine ont lieu ce vendredi et quelques témoins sont attendus.

Robert Perron avait plaidé coupable en 2014 à plusieurs accusations de nature sexuelle — dont des agressions sexuelles — à l’endroit de quatre adolescentes de 14 et 15 ans.

Il a été condamné à une peine de 54 mois qu’il a purgée en totalité et a été inscrit à perpétuité au registre des délinquants sexuels après sa remise en liberté en octobre 2017, remise en liberté assortie des conditions qu’il vient d’admettre avoir violées.

En 2006, il avait aussi été condamné une première fois à trois ans de probation pour avoir agressé sexuellement une jeune fille de 13 ans.

Il était revenu dans l’actualité la semaine dernière lorsque le Journal de Québec a rapporté qu’il avait demandé au Directeur de l’état civil un changement de nom afin de devenir Robert Lévesque, nom qu’il a utilisé pour se faire embaucher par le restaurant.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!