GATINEAU, Qc – Un excédent de bagages pourrait avoir contribué à l’accident d’hélicoptère qui a fait quatre morts au nord de Sept-Îles, sur la Côte-Nord, au mois d’août 2010.

Dans son rapport rendu public mardi, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) indique que l’hélicoptère a décollé avec une masse supérieure à la limite autorisée. Mais puisque les bagages n’avaient pas été pesés, le pilote ne connaissait pas le poids exact de sa charge.

Le BST indique toutefois que le pilote avait réduit la quantité de carburant pour compenser cet exédent de bagages.

Cette décision pourrait avoir incité le pilote à emprunter un raccourci dans les montagnes, même si les conditions météorologiques ont été décrites comme étant «limites».

Selon le rapport du BST, le pilote a ensuite perdu le contact visuel avec le relief, ce qui a mené à la perte de la maîtrise de son appareil et, ultimement, à l’impact fatal.

Le BST note que Transports Canada fait peu de surveillance des opérations héliportées et qu’il n’est pas possible de savoir si un décollage a été fait en surcharge puisque le poids transporté n’est pas inscrit aux livres de bord.

Depuis l’accident, la compagnie Héli-Excel — qui était propriétaire de l’appareil — a installé une balance extérieure sur l’aire de trafic à Sept-Îles pour mieux contrôler le poids des marchandises transportées.

L’écrasement s’était produit à environ 20 kilomètres au nord de Sept-Îles, dans le secteur de la rivière Moisie.

Le pilote, Nicolas Turcotte, avait perdu la vie, tout comme ses trois passagers, Yvon Cyr, Benoît Gamache et Jacques Brousseau.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!