Yves Provencher/Métro Alexandre Warnet

Humanité unie souhaite rapprocher les gens, un bonjour à la fois. L’organisme lancera le 5 octobre sa Campagne mondiale des ronds blancs dans le cadre de l’événement 100 en 1 jour.

Le but? Renforcer le tissu social et favoriser l’ouverture à l’autre et à la diversité. Métro s’est entretenu avec le fondateur d’Humanité unie, Alexandre Warnet.

La campagne des ronds blancs, c’est quoi?
C’est une campagne civique qui permet aux citoyens de devenir des agents de changement positif dans leur communauté. À partir du 5 octobre, les citoyens seront invités à porter le rond blanc, qui signifiera : «Je vous invite à me dire bonjour.»

Quel est le message derrière tout ça?
Aujourd’hui, nous vivons les uns à côté des autres plutôt qu’ensemble. La campagne souhaite renforcer le tissu social par des contacts quotidiens. Peu importe nos origines, notre statut social, notre sexe, on s’invite à se dire bonjour. Ce geste peut contribuer à briser l’isolement ou à favoriser l’intégration de nouveaux arrivants, par exemple. On souhaite aussi créer une communauté humaine mondiale. On ne peut pas créer de lien avec la planète si on n’en a pas avec la personne qui demeure à côté de chez nous. Le but, c’est de reprendre l’habitude de se parler.

Pourquoi le rond blanc?
Le rond, c’est un symbole d’unité et d’égalité. D’un point de vue pratico-pratique, nous avons voulu un symbole sobre et simple qui soit facilement reproductible partout sur la planète. La campagne est lancée ici, mais a une portée internationale. Nous avons des leaders locaux à Montréal, mais aussi au Burkina Faso, en Guinée, au Sénégal et en République démocratique du Congo. L’affiche de la campagne vient d’être lancée en espagnol et elle le sera sous peu en anglais. On souhaite que ça devienne viral.

La campagne sera lancée dans le cadre de 100 en 1 jour. Remarquez-vous un engouement pour les actions citoyennes?
Tout à fait. On sent une effervescence depuis quelques années. Des acteurs de changement positif, des leaders locaux, il y en a depuis toujours. Mais les liens entre eux se font plus facilement et ils constatent qu’ils ne sont pas seuls.

La campagne, qui se veut une ouverture à l’autre et à la diversité, a lieu alors que le débat sur les valeurs fait rage au Québec…
Le lancement de la campagne n’est pas lié au débat actuel. C’est une campagne mondiale qui dépasse le Québec. Humanité unie ne s’est pas prononcé sur la Charte des valeurs et ne souhaite pas une campagne politisée. Ceci dit, le message du rond blanc est effectivement très pertinent actuellement. Le porter signifie qu’on est une personne ouverte d’esprit qui encourage le civisme et qui croit que tous les humains sont égaux. L’humanité dépasse les frontières.

ronds-blancs.org

***
100 actions pour Montréal
Le 5 octobre sera une journée toute spéciale pour Montréal. Au cours de l’événement 100 en 1 jour, 100 interventions citoyennes auront lieu, dont la Campagne mondiale des ronds blancs.

L’idée est de montrer que les Montréalais peuvent faire la différence. Certaines interventions seront très concrètes, alors que d’autres seront plus symboliques et artistiques. Par exemple, au parc Jeanne-Mance, un labyrinthe permettra aux citoyens de se retrouver – et non de se perdre! Aussi au programme : une chorale du rire, une campagne pour sensibiliser les automobilistes et les cyclistes aux accidents causés par les portières de voiture et une traverse de canards coin Sherbrooke et Parthenais.

L’événement ratisse large en proposant des initiatives citoyennes touchant l’environnement, le transport, le bilinguisme et le civisme.

Le concept 100 en 1 jour est né à Bogota, en Colombie, en 2012. Il s’est depuis propagé à quelques villes dans le monde (Copenhague, au Danemark, Le Cap, en Afrique du Sud, et San Jose, au Costa Rica), et Montréal est la première ville nord-américaine à se joindre au mouvement. Vincent Fortier

100en1jourmontreal.com

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!