Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Martin Lizotte, Sam Smith, Casual Rites et Loud.

Envoûtant
Martin Lizotte
Ubiquité
Note:

C’est tout un voyage que le pianiste Martin Lizotte nous offre avec son deuxième disque solo. Si son jeu aérien rappelle au départ Yann Tiersen avec des thèmes qui évoquent le mouvement et la fugacité, l’album prend rapidement un virage plus sombre et inquiétant. Des pièces comme Interlune et Vertigo distillent en effet une aura de mystère qui est loin de déplaire. Le recours à des cordes (Mathieu Désy, à la contrebasse, assure également la réalisation) ajoute une dimension supplémentaire à l’univers de Lizotte. Un album qui évolue d’une pièce à l’autre et qui se bonifie à chaque écoute.

– Benoit Valois-Nadeau

Peaufiné
Sam Smith
The Thrill Of It All
Note:

Il était attendu, cet album, et il ne déçoit pas. Si Sam Smith ne réinvente pas la roue (ou, dans ce cas, la chanson soul-pop), on peut tout de même dire qu’il n’était pas qu’un feu de paille. Le chanteur britannique peaufine ce qu’il avait entamé avec In the Lonely Hour : sa voix est au sommet de sa force, ses mélodies sont plus riches, les instruments (un peu) plus nombreux, les chœurs gospel encore plus présents. Sam Smith chante toujours au sujet de l’amour, de la rupture et des blessures du passé, et ça lui réussit. Coup de cœur pour la ballade Say It First, qui touchera assurément bien des gens.

– Virginie Landry

Surprenant
Casual Rites
Casual Rites
Note:

Pour son premier album, le quintet montréalais nous offre dix titres étonnamment mûrs et originaux. La production bien ficelée (en partie financée sur Kickstarter, d’ailleurs) a de quoi rendre jaloux de jeunes groupes. La voix écorchée de Phil Matte aurait gagné à être accompagnée de back vocals sur certains morceaux pour leur donner plus de profondeur. Mais juste quand on pense avoir cerné le groupe rock, il nous surprend avec des sonorités inventives, tantôt blues, tantôt americana, parfois électro, ainsi que des riffs de basse pesants et des solos de guitare planants. Coup de cœur pour Crucial Matter, Spaceship et Wildfire.

– Carine Touma

Inspiration
Loud
Une année record
Note:

Loud récidive, après la publication d’un EP en avril, avec Une année record. Loud se distingue de plus en plus de Lary Kidd avec cet album qui promet un renouveau du rapper montréalais. Sur TTTTT, on sent un Loud plus authentique qui bâtit une progression intéressante et qui prend son temps. Dommage qu’on ne retrouve pas cette sensation ailleurs sur l’album, où on a parfois l’impression que les paroles sont plus juvéniles et faussement inspirantes. Des influences très américaines sont omniprésentes et gâchent un peu le style unique de Loud. Une année record annonce quand même de belles choses à venir.

– Alexis Boulianne

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!