Une campagne de sensibilisation sur les médias sociaux, qui prend pour mot-clic #50DollarsNot50Shades, demande aux gens de donner 50$ à un organisme qui combat la violence conjugale plutôt que de dépenser pour aller voir le film Cinquante nuances de Grey au cinéma.

«L’argent que vous auriez dépensé pour les billets, le maïs soufflé et votre boisson gazeuse ira à un organisme qui sert à aider les victimes de relation comme celle romancée dans Cinquante nuances de Grey», peut-on lire sur la page Facebook de la campagne.

L’initiatrice de ce mouvement est la professeure en études féministes au Wheelock College de Boston et activiste anti-pornographie, Gail Dines. Elle s’est entretenue avec Métro.

GailDinesPourquoi avez-vous lancé cette campagne?
Parce que ce film glorifie et érotise la violence faite aux femmes. Dans la pornographie, les femmes existent pour l’usage des hommes. Elles sont toujours des partenaires prêtes à aimer tous les abus que les hommes peuvent leur faire subir. S’ils souhaitent les fouetter et les torturer, alors elles en éprouveront du plaisir. C’est le mensonge de la pornographie et c’est le mensonge de Cinquante nuances de Grey.

Pensez-vous que le film puisse avoir un impact négatif sur les couples dans le monde?
L’histoire du film est qu’une femme peut changer un homme sadique en lui donnant énormément d’amour. Mais il y a des refuges pour femmes battues et des cimetières qui regorgent de femmes qui pensaient comme cela. Les femmes et les filles ont besoin de savoir que si elles rencontrent un vrai Christian Grey, elles finiront par fuir pour leur survie et non pas vivre de façon heureuse comme dans les contes de fées. Ce n’est pas un conte, mais une histoire d’horreur que des millions de femmes vivent.

Mais il ne s’agit que d’un film
Les films, les livres, les magazines, l’internet et la publicité font partie de notre paysage culturel et forgent notre identité. Ces médiums font la promotion de valeurs que nous internationalisons de manière plus ou moins subtile. Le film Cinquante nuances de Grey est un événement médiatisé qui fait la promotion du sadisme sexuel et élève l’homme au-dessus de la femme. Il a tout le pouvoir, l’argent et la maturité, alors qu’elle agit comme une écolière parfaite pour les prédateurs.

Les gens pourraient découvrir quelque chose de nouveau dans leur sexualité après avoir vu ce film. En quoi est-ce mal?
Si les gens veulent découvrir leur sexualité, c’est leur affaire, pas la mienne. Ce dont on parle est un film et une trilogie de livres qui sont promus par une équipe médiatique immense et qui montre la violence comme étant du romantisme.

Quelques statistiques

  • 35% des femmes dans le monde relatent avoir été victimes de violence sexuelle, que ce soit par leur partenaire ou une autre personne.
  • 30% des femmes qui ont déjà été dans une relation amoureuse ont subi de la violence physique ou sexuelle de la part de leur partenaire.
  • 38% des meurtres de femmes sont commis par leur partenaire intime.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!