MONTRÉAL – Le Canadien se retrouve dans une position fort enviable au classement, à environ un mois de la fin de la saison régulière. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’il assure sa participation aux séries éliminatoires. Mais ce n’est pas une raison de s’asseoir sur ses lauriers, comme l’a relevé l’attaquant Brandon Prust, jeudi.

«On doit tirer la sonnette d’alarme, a affirmé Prust, à l’issue de la défaite humiliante de 5-2 contre les Sénateurs d’Ottawa. Nous affrontons plusieurs équipes qui luttent désespérément pour l’obtention d’une place en séries éliminatoires, qui luttent pour leur survie. Nous devons afficher la même mentalité qu’elles. Nous devons également lutter pour notre survie. Il nous reste encore beaucoup de choses à accomplir.»

Prust a fait remarquer que ses coéquipiers et lui sont loin de jouer leur meilleur hockey.

«Nous ne sommes pas l’ombre de nous-mêmes. Nous n’offrons pas le niveau de jeu que nous avions il y a environ un mois et auparavant, a-t-il élaboré. Nous pouvons faire renverser la tendance en l’espace d’un seul match. Il nous faut aborder les matchs un à la fois.»

Loin de pointer du doigt les stratégies mises de l’avant, le gardien Carey Price a souligné que le Canadien ne prend plus personne par surprise dans la LNH.

«On vous attend de pied ferme quand vous êtes du sommet du classement», a-t-il noté, en ne mettant aucunement en doute les stratégies de l’équipe.

Pas de relâchement

Le défenseur P.K. Subban a rappelé qu’aucune équipe dans la LNH ne peut se permettre le moindre relâchement.

«Les Sénateurs ont eu des bonds favorables, mais ils ont travaillé très fort. Je dis toujours que vous mettez les chances de votre côté quand vous redoublez d’ardeur.

«Nous devons égaler l’intensité de nos rivaux. Ce soir, nous l’avons fait en première période, mais on a levé le pied en deuxième et en troisième périodes. Quand on se voit offrir des occasions en supériorité numérique, nous devons les saisir. Nous ne l’avons pas fait, contrairement aux Sénateurs.

«Avons-nous eu des chances de mettre le match hors de portée? Oui assurément, mais nous n’en avons pas profité. Quand vous redonnez de l’espoir à une équipe affamée, c’est ce qui se produit», a résumé Subban.

Parenteau espère

L’ailier droit Pierre-Alexandre Parenteau a argué qu’un peu d’adversité n’avait jamais tué personne.

«Nous ne gagnerons pas tous les matchs d’ici à la fin de la saison. J’ai confiance en notre groupe», a-t-il mentionné.

Parenteau a dit que le Canadien connaît du succès quand il exerce un échec-avant constant à l’aide de sa vitesse.

«Les matchs que nous avons remportés, c’est quand nous étions les premiers sur la rondelle.»

Sur le plan personnel, le Québécois espère avoir convaincu l’entraîneur Michel Therrien de continuer de faire appel à ses services.

Il n’a pas dirigé de tirs au but, mais il a provoqué quelques bonnes occasions à l’attaque en 16:34 de temps d’utilisation. Il a terminé la soirée avec une fiche de moins-1 en défense.

«Je me sentais très bien, j’avais de bonnes jambes, a-t-il commenté. J’étais plus rapide qu’à San José le 2 mars. Ça augure bien pour la suite.»

Parenteau a dit souhaiter demeurer au sein du groupe des six premiers attaquants.

«Ce n’est pas moi qui décide, mais c’est là (sic) que je peux le plus aider l’équipe et j’espère rester là.»

Aussi dans Canadien de Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!