Le député de Bourassa, Denis Coderre, à l’instar de ses collègues libéraux, se dit déçu du budget 2013 du gouvernement Harper. Il dénonce l’absence de plan concret pour la croissance économique et la création d’emplois.

« Ce budget devrait plutôt être rebaptisé le Plan d’inaction économique pour le peu d’effet qu’il aura sur la population canadienne », affirme le député. Il dit que le marché de l’emploi ne s’est pas remis de la récession et que la situation est difficile pour les jeunes avec un taux de chômage plus élevé qu’avant cette récession. « Malheureusement, les mesures annoncées dans ce budget ne sont pas suffisantes et ce n’est pas en collant de nouvelles étiquettes à des programmes qui existaient déjà que nous arriverons à relancer l’économie », poursuit M. Coderre.  

Il se dit aussi peu impressionné par la stratégie des conservateurs en matière de formation professionnelle. « Le projet des conservateurs pour mettre l’emphase sur la formation professionnelle est de geler le financement qui y est alloué au même niveau qu’il était en 2007, avant la récession. De plus, le nouveau programme de subvention canadienne pour l’emploi, dont les conservateurs se targuent dans leur stratégie en matière de formation professionnelle, ne sera pas en place avant cinq ans », avance-t-il.

Classe moyenne abandonnée

M. Coderre se porte aussi à la défense de la classe moyenne qui aurait été abandonnée avec ce budget et la demande faite aux banques par le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, afin qu’elles augmentent le taux des prêts hypothécaires. Finalement, il refuse de cautionner l’élimination graduelle du crédit d’impôt accordé aux actionnaires des fonds des travailleurs.

« C’est une décision qui va pénaliser les petits épargnants. C’est une décision qui va nuire aussi aux fonds de capital de risque qui jouent un rôle majeur dans notre économie, particulièrement au Québec. Quand quelque chose fonctionne bien, pourquoi cherche-t-on à le casser? C’est probablement parce que les conservateurs ont encore plié devant le lobby des banques », termine le député libéral.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!