Qui a dit que les marmottes étaient les seules capables de prédire l’arrivée du printemps? Jeudi, au Zoo Ecomuseum de Sainte-Anne-de-Bellevue, deux ourses noires sont sorties de leur tanière, un signe certain de la fin des températures hivernales.

Juno et Genie, âgées respectivement de cinq et six ans, sont timidement sorties de leur repaire hivernal à 10H45. Les deux énormes bêtes ont été accueillies avec quelques pommes, salades et melons d’eau éparpillés dans leur enclos sous le regard attentif de plusieurs visiteurs et photographes.

Depuis quelques jours, l’équipe du zoo remarquait que le niveau d’activité des ourses augmentait. C’est pourquoi, malgré la température plutôt froide, les portes pour accéder à leur enclos extérieur se sont ouvertes pour permettre aux deux mammifères de marcher dans la neige et profiter du soleil.

Patricia Presseau, directrice de collection du Zoo explique que «l’animal est doté d’une horloge biologique interne très sensible aux variations de températures, de pression barométrique et à la durée de l’ensoleillement ce qui lui permet de connaître le moment idéal pour sortir de sa tanière».

Contrairement à la croyance populaire, «l’ours noir n’hiberne pas, mais hiverne», explique David Rodrigue, directeur général du Zoo. Il n’est pas totalement endormi comme la marmotte, mais somnole durant tout l’hiver». Au mois de janvier, la femelle donne même naissance aux oursons, durant la période d’hivernation.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!