SDA/Provencher Roy Associés Architectes Projection du projet sur le terrain central du Technopôle, situé entre les rues William-Tremblay, Augustin Frigon, Mont-Royal et Molson.

La voix des citoyens s’étant fait entendre, la phase 2 du Technopôle Angus a été redessinée et sera présentée prochainement aux résidents.

L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) invite les Rosemontois à assister à une rencontre qui aura lieu le 28 mars, lors de laquelle les nouveaux plans de cet imposant projet seront dévoilés.

Le projet de l’îlot central présenté par la Société de développement Angus (SDA) impliquerait la construction de 15 bâtiments de 4 à 6 étages, pour une hauteur maximale de 20 mètres.

Précédemment, les plans prévoyaient plutôt des édifices de 6 à 8 étages sur une hauteur maximale de 25 mètres, obligeant par le fait même le promoteur immobilier à demander une dérogation à l’arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie avant de procéder à la construction.

Lors d’une consultation avec les résidents riverains du projet en mai 2016, une insatisfaction s’est fait sentir, forçant la SDA à retourner à la table à dessin. Le nombre d’unités résidentielles prévu le long du parc Jean-Duceppe sera aussi revu à la baisse, passant de 500 unités à 400.

Toutefois, le projet conservera sa proportion de types de logements, soit 80 % de condominiums abordables et 20 % de logements sociaux, selon le président de la SDA, Christian Yaccarini.

Deux places publiques et un espace vert central sont aussi prévus ainsi que 540 cases de stationnements en sous-sol. Le site vise la certification LEED ND Platine.

Si les plans présentés sont bien reçus par la population et par la Ville de Montréal, les travaux de construction de ce nouveau quartier pourraient démarrer «en 2018 et se prolongeraient sur 6-7 ans», informe Catherine Fisette, directrice des affaires publiques et des communications de la SDA.

L’arrondissement devra toutefois accorder une dérogation au projet en ce qui concerne le zonage dans le secteur, afin de permettre la présence de bâtiments résidentiels, sur les 550 000 pieds carrés qui devront être développés.

Malgré les embûches qu’a connues la phase 2 du Technopôle Angus, M. Yaccarini se dit confiant de leur succès futur, prenant en exemple la réussite de la première phase. «Il nous fallait atteindre une masse critique de travailleurs avant de pouvoir ouvrir des commerces. La présence de ces personnes nous a permis de créer des lieux communs, des garderies, des restaurants», souligne-t-il.

Projet dont la valeur est estimée entre 200 et 260 M$, le dernier volet de revalorisation des «Shops Angus» devrait amener la création de plusieurs milliers d’emplois lors des 10 prochaines années, selon M. Yaccarini. Celui-ci espère donc que les citoyens se déplaceront en grand nombre pour la prochaine consultation publique concernant ce projet d’envergure.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus