Métro Média/Johanna Pellus Micheline Roy et Christine Ligondé sont membres du Club Lions Saint-Laurent depuis plus de 25 ans. Mme Ligondé, aujourd'hui présidente, fait partie des fondateurs.

À l’occasion du 125e anniversaire de fondation de Saint-Laurent, le Club Lions offrira un legs à la communauté. Une borne de réparation de vélos à leurs couleurs sera installée sur le boulevard Thimens. L’organisme, qui fêtera l’année prochaine ses 30 ans d’existence dans l’arrondissement, aimerait aussi attirer de nouveaux membres.

En 1989, une Laurentienne qui se rendait au Club Lions de Lachine, Thérèse Lapierre, regroupe quelque 35 personnes et fonde l’entité locale. S’ils ne sont aujourd’hui qu’une quinzaine, les membres chapeautent néanmoins de nombreux projets.

Le dernier en date est l’installation d’une Biciborne, pour l’entretien et la réparation de vélos. Elle sera au bord de la piste cyclable du boulevard Thimens, devant l’aréna Raymond-Bourque. Elle viendra, dès le 23 mai, compléter l’arche de l’amitié des Lions, installée là pour leur 15e anniversaire.

«Il s’agira de la première Biciborne Lions, commente la présidente, Christine Ligondé. Nous aurions voulu un abreuvoir ou un banc, pour attendre l’autobus, mais l’arrondissement nous a plutôt suggéré la borne.»

Saint-Laurent disposait déjà d’une autre Biciborne dans le parc Painter, dans le quartier Chameran, depuis deux ans.

Ce legs s’inscrit dans le cadre du centième anniversaire des Lions, fondé en 1917 aux États-Unis, en plus du 125e de Saint-Laurent et du 30e du club laurentien.

Historique
Le club de Saint-Laurent poursuit la mission de services, dicté par les principes Lions, qui signifie Liberty, Intelligence, Our Nation’s Safety (liberté, intelligence, la sécurité de notre nation). Leur devise est «Nous servons».

«Il faut vraiment avoir l’esprit de bénévolat, souligne Mme Ligondé. On ne change pas le monde, mais un peu la vie des gens.»

Les Lions luttent contre des problèmes comme la cécité, la toxicomanie et le diabète. Des équipements en ophtalmologie ont notamment été donnés à l’hôpital du Sacré-Cœur, dans Cartierville.

«Nous pouvons aussi aider un aveugle qui a besoin d’un chien-guide, car cela coûte environ 25 000 $», ajoute la présidente.

Le cœur des activités du Club Lions est la collecte de fonds. Il finance, par exemple, le Camp Carowanis, pour les enfants diabétiques qui existe depuis 60 ans dans les Laurentides. Un événement au restaurant McDonald’s leur a notamment permis de récolter 10 000 $ pour agrandir l’infirmerie de ce camp.

«Plus on a de membres, plus on peut offrir de service à la communauté», conclut Mme Ligondé. Le Club Lions a notamment déjà aidé le cégep de Saint-Laurent, contribué à l’aide aux devoirs et aux cuisines collectives.

Affiches de la paix


Pour la première fois, une élève de 13 ans parrainée par le Club Lions Saint-Laurent a reçu un prix lors du concours de dessin «Affiches de la paix», à Chicago. Arrivée au Québec des Philippines il y a deux ans, Johnna Mae Javier étudie dans la classe d’accueil de Carole Choronzey, à l’école secondaire Saint-Laurent.

Pour plus d’infos
514 747-1889

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!