Audrey Gauthier/TC Media Le stationnement à moins de cinq mètres d'une intersection n'est pas respecté à la grandeur de l'arrondissement.

Vélo Québec déplore le manque de mesures mis en place pour faire respecter l’interdiction de stationner à moins de cinq mètres d’une intersection à Saint-Léonard. Mis devant cette problématique, l’arrondissement et le poste de quartier 42 se renvoient la balle.

Selon le Code de la sécurité routière du Québec, «aucun véhicule ne doit être stationné à moins de cinq mètres d’une intersection, d’un passage pour piétons ou encore d’une borne-fontaine». Néanmoins, de nombreux conducteurs ne respectent pas la réglementation à Saint-Léonard.

«Les voitures y étant stationnées obstruent la visibilité aux coins des rues. Cette situation est dangereuse pour les piétons, mais également pour tous les utilisateurs de la route», indique Vélo Québec dans son plan de déplacements scolaires, dont TC Média a obtenu copie.

«Cette infraction est largement répandue dans tous les secteurs de l’arrondissement.» –Vélo Québec

L’arrondissement est au courant de cette problématique, mais croit que c’est au Service de police de la Ville de Montréal d’agir dans ce dossier.

«Nous avons souvent des plaintes sur le sujet à Saint-Léonard. C’est une loi provinciale et elle doit être respectée. C’est aux policiers de le faire», lance le maire de l’arrondissement, Michel Bissonnet.

«Nous avons priorisé nos opérations sur des véhicules en mouvement dans des zones accidentogènes, car les véhicules en mouvement sont plus dangereux que ceux stationnés. Nous faisons environ 20% de nos opérations dans les zones de stationnement plus dangereuses, mais nous ne donnerons pas un constat simplement pour en donner un. Notre mandat est la sécurité routière et non pas de gérer le stationnement», fait valoir le commandant du poste de quartier 42, Pascal Gosselin, ajoutant que ce règlement est quand même important, mais qu’il a priorisé les actions de ses employés afin de changer le comportement des automobilistes.

Pour Vélo Québec, l’administration locale a également un rôle à jouer dans ce dossier. «Bien qu’il incombe aux policiers de faire respecter ce règlement, nous sommes d’avis que l’arrondissement peut leur venir en aide en prenant des mesures visant à dégager les intersections», souligne l’organisme.

«Ce n’est pas toute la population qui connaît ce règlement. Avec un marquage pour délimiter la zone interdite de stationnement ou en installant des panneaux de signalisation, l’impact sera plus grand auprès des automobilistes», ajoute le commandant de police de Saint-Léonard.

De nombreux arrondissements ont décidé de mettre en place des moyens pour rappeler aux conducteurs qu’il est interdit de se stationner à moins de cinq mètres de l’intersection au cours des dernières années. Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, entre autres, a peint en jaune la bordure du trottoir jusqu’à une distance de cinq mètres afin d’identifier clairement la zone interdite de stationnement.

«Nous n’avons pas encore de peinture et nous ne sommes pas certains si nous allons installer des panneaux interdisant le stationnement», mentionne M. Bissonnet.

Pour le maire, ce dossier devra être discuté à la Commission permanente de la sécurité publique et des transports de l’arrondissement avant de choisir un aménagement routier. «C’est un règlement qu’il faut prendre au sérieux. La sécurité, c’est une priorité», déclare l’élu.

Les actions dans ce dossier pourraient prendre un certain temps, car la commission ne se rencontrera pas avant le mois de novembre, en raison des élections municipales.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!