Arnaud Stopa TC Media Thushikaa Senes Rajasooriya a été honorée par le lieutenant-gouverneur du Québec pour son implication bénévole.

S’intégrer à la société québécoise par le biais du bénévolat, telle est l’histoire d’une Sri-Lankaise de Parc-Extension.

Thushikaa Senes Rajasooriya a d’ailleurs obtenu la médaille du lieutenant-gouverneur du Québec pour la jeunesse, en l’honneur de son bénévolat.

À 19 ans, l’étudiante en secondaire cinq de l’école Lucien-Pagé ne compte plus les années passées à faire découvrir la danse à ses camarades, ceux des autres écoles du quartier ou des organismes du quartier. «Je voulais montrer ce que je savais faire et le transmettre», indique-t-elle.

Hip-hop, jazz, danse contemporaine ou africaine, celle qui danse depuis ses 5 ans connait un vaste répertoire. «Tous les enfants sont intéressés par les différents types de danse. Ils demandent toujours à en apprendre plus sur les autres cultures que la leur.»

Son implication dans la communauté est importante pour elle, puisque la majorité de son temps libre y est consacrée. «Le bénévolat, c’est important, se justifie-t-elle. Il faut montrer qu’on n’est pas obligé d’avoir de l’argent pour porter et inculquer ses valeurs aux autres.»

C’est à l’école Barthélémy-Vimont qu’elle fait ses premiers pas dans le bénévolat et les troupes de danse. «J’avais donné mon nom à un professeur sans vraiment savoir pourquoi, car je ne parlais pas encore le français.»

Arrivée en 2007 du Sri Lanka, à l’âge de 9 ans, en compagnie de sa mère, Tushikaa Rajasooriya a appris ainsi le français ici. «J’ai eu de la difficulté à l’école, parce que le français est ma quatrième langue. Mais à force d’efforts, je suis passé à travers les épreuves.»

Pour Thushikaa Senes Rajasooriya, qui hésite encore entre une carrière dans l’enseignement ou le droit, le plus dur est toutefois les distances qui séparent sa famille. «Nous sommes arrivées ici sans avoir de famille déjà établie, en plus, nous étions deux femmes. Mais vivre loin de mon père est difficile.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!