Près de 200 000 personnes demeuraient lundi sous le coup d’un ordre d’évacuation par crainte que le déversoir d’urgence du barrage californien d’Oroville, endommagé par l’érosion, puisse céder à tout moment.
Le lac artificiel Oroville, qui compte parmi les plus vastes de la Californie, est situé à environ 240 kilomètres au nord-est de San Francisco. Son niveau d’eau était si élevé que le déversoir d’urgence a été utilisé samedi pour la première fois en près de 50 ans.
L’ordre d’évacuation a été lancé dimanche après-midi quand des ingénieurs ont repéré une faille dans la paroi de ciment du déversoir secondaire du barrage d’Oroville, qui fait 235 mètres de haut. Ils ont prévenu les responsables que la structure pourrait céder en moins d’une heure.
La Croix-Rouge a indiqué que quelque 500 personnes avaient trouvé refuge dans un centre d’évacuation de Chino, en Californie. Un camion qui transportait un millier de lits de camp vers le centre est resté coincé dans les embouteillages qui se sont formés quand les résidants ont pris la route.
Un porte-parole de la police californienne des autoroutes a dit que deux avions seraient déployés lundi pour aider à alléger la congestion, ainsi que pour participer à d’éventuelles opérations de sauvetage.
Environ 250 policiers provenant de toute la Californie se trouvaient dans la région pour participer à l’évacuation. Environ 188 000 habitants des comtés de Yuba, Sutter et Butte avaient reçu ordre d’évacuer.
L’ordre demeurait en vigueur tard dimanche, même si l’eau avait cessé de s’écouler autour de la portion érodée du déversoir. Un responsable a expliqué qu’ils continueront à relâcher environ 3000 mètres cubes d’eau par seconde dans le déversoir principal, dans le but d’abaisser le niveau du lac d’environ 15 mètres en prévision des orages annoncés pour mercredi.
Le déversoir d’urgence aurait dû pouvoir tolérer quelque 7000 mètres cubes par seconde, mais la défaillance s’est manifestée quand le débit a atteint seulement 360 mètres cubes par seconde.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!