Au moins 18 personnes, dont trois mineurs, ont été tuées lors d’une série de fusillades dans la ville frontalière de Matamoros et dans l’État du Guerrero, au Mexique.

Une première fusillade a éclaté dimanche après-midi, dans la ville frontalière de Matamoros, quand les occupants d’un camion immatriculé au Texas ont apparemment ouvert le feu en direction des forces de l’ordre. Huit personnes sont mortes.

Un communiqué du gouvernement de l’État du Tamaulipas précise que sept des victimes de Matamoros sont des criminels présumés. Les autorités ont saisi des armes, des munitions et de la marijuana cachée dans une valise.

Cela a donné lieu à une succession de fusillades et de poursuites ailleurs dans la ville. Des présumés criminels ont barré des routes avec des autobus ou d’autres gros véhicules, pour tenter de nuire au travail des policiers et de l’armée.

Matamoros est un bastion du cartel de narcotrafiquants du Golfe.

Dans un second incident, des agents ont tué trois hommes armés qui se déplaçaient dans deux véhicules utilitaires sport. D’autres armes ont été confisquées.

Un groupe de suspects a fui la scène jusqu’à un centre commercial, où une autre fusillade a éclaté avec des soldats mexicains. Une adolescente de 13 ans qui magasinait avec sa famille a été fauchée par une balle perdue, qui aurait été tirée par un des suspects. Un des hommes armés est également mort.

Puis dans l’État du Guerrero, un autre foyer de violence liée à la drogue, au moins neuf personnes ont été tuées par balle à la fin d’une fête privée qui a tourné au vinaigre, dans la ville de Coyuca de Catalan. Une dispute serait à l’origine de la fusillade. Deux des victimes sont des garçons de 16 et 17 ans.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!