Alex Brandon/AP Robert Griffin III, des Redskins de Washington.

Nous, fans de la NFL, avons la fâcheuse habitude de surévaluer les résultats dans la première semaine de la saison.

Il est difficile de faire autrement dans un sport qui ne compte que 16 maigres matchs en saison régulière. N’empêche, les équipes qui ont été atrocement mauvaises ont encore amplement le temps de s’améliorer et les équipes surprenantes peuvent facilement se planter d’ici la fin.

Par exemple, Robert Griffin III a été de loin le meilleur quart recrue en action dimanche. Grâce à sa performance (320 verges par la voie des airs et 2 touchés, 42 verges au sol), les Red-skins de Washington ont battu les Saints 40-32 à La Nouvelle-Orléans. Tout un exploit, mais Griffin fera certainement plusieurs bourdes de recrue d’ici la fin de la campagne, et les Redskins sont trop dysfonctionnels pour crier victoire seulement après un match.

On pourrait dire la même chose des Jets. La formation new-yorkaise a été étonnante en démolissant les Bills, qui, selon plusieurs, s’étaient grandement améliorés en défensive durant la saison morte. Après avoir lancé une mauvaise interception en début de match, Mark Sanchez a retrouvé ses marques en réussissant peut-être la meilleure performance de sa carrière. Par contre, les médias et les partisans n’attendent qu’une bourde de Sanchez pour réclamer qu’il soit remplacé par Tim Tebow. De plus, il est possible que la défense de Buffalo ait simplement été surévaluée.

Les Packers, maintenant. Ils ont perdu leurs deux dernières rencontres – contre les Giants en séries la saison dernière et contre les 49ers dimanche – et c’est la panique. Est-ce que les succès des Packers reposent un peu trop sur les épaules d’Aaron Rodgers? Peut-être. Est-ce que l’équipe devrait tenter d’équilibrer un peu son attaque? Sûrement. Est-ce que les Packers ne sont plus dans la course? Jamais de la vie. Ils ont perdu leurs deux derniers matchs contre des défensives dominantes. Ça arrive.

Pas d’inquiétude
Les partisans des Broncos de Denver ont été soulagés et les fans des Colts d’Indianapolis ont eu un petit pincement au cœur dimanche soir en voyant Peyton Manning mener sa nouvelle équipe vers un gain de 31-19 contre les Steelers de Pittsburgh. De toute évidence, le quart de 36 ans est en grande partie remis de ses chirurgies au cou. Encore impossible de dire si les Broncos en surprendront plusieurs en séries, mais si cela ne se produit pas, ce ne sera pas à cause de Manning.

Causes perdues
Comment les Browns de Cleveland ont-ils perdu un match où le quart adverse – Michael Vick, des Eagles de Philadelphie – a lancé quatre interceptions? C’est plus simple que vous l’imaginez quand votre quart recrue de 28 ans, Brandon Weeden, est lui aussi intercepté à quatre reprises sans lancer une seule passe de touché. Ah oui, Weeden est aussi resté coincé sous le drapeau américain géant déployé sur le terrain avant l’hymne national. La saison va être longue.

Les Dolphins de Miami seront probablement les seuls à menacer les Browns pour le titre de pire équipe de la ligue en 2012.

Aussi dans Dans la zone des buts:

blog comments powered by Disqus