Clément Allard / La Presse Canadienne Sam Hamad

On parle beaucoup de Sam Hamad par les temps qui courent suite aux révélations de l’émission Enquête de Radio-Canada.

Même s’il assure ne pas avoir « enfreiné » la loi, des soupçons pèsent à son endroit et ce n’est jamais bon signe quand Marc-Yvan Côté t’appelle « mon ami ».

Il reste que Sam Hamad est une mine d’or pour les passionnés de citations (et peut-être une mine d’or pour Marc-Yvan Côté). Le français n’est pas sa langue maternelle. Il a donc souvent « enfreiné » les lois de la grammaire.

Voici donc 10 citations pour moins comprendre Sam Hamad.

1. En avril 2015, Sam Hamad annonçait que Québec allait revoir la loi sur la formation de la main-d’œuvre des organismes publics, qui les oblige à investir 1 % de leur masse salariale dans la formation de leurs employés. Il en avait entre autres contre les « cours de clowns »:

“Des cours de clowns et comment ce matin je va feeler mieux que hier, pis comment je va être heureux, ça va être terminé ces cours-là.”

2. Notre ministre en congé de « maladie » n’a pas que des difficultés en français. Il en a aussi en mathématiques:

”Au mois d’avril, le Québec a créé 11700 emplois, dont 38,000 emplois à temps plein et y’a eu des pertes d’emplois à temps partiel.”

3. Suite à la perte de 200 emplois sur le chantier de la Davie à Lévis, M. Hamad s’est dit impuissant face au gouvernement fédéral:

”Je peux pas aller tirer les cheveux de Steven (Blainey) là… y’en a pas de cheveux.”

4. Sam Hamad a un petit côté libertarien. Surtout en entrevue dans les radios de Québec. Par contre, il oublie que c’est son gouvernement qui a adopté une loi pour obliger les gens à faire installer leurs pneus d’hiver « à une telle date »:

« Une société où l’État va me dire quoi faire tous les jours, une société où l’État va diriger les entrepreneurs, une société qui va me dire tu vas changer tes pneus d’hiver à telle date, une société qu’on va décider pour toi, une société qui va prendre en charge mes enfants, moi je pense qu’aujourd’hui, on peut pas vivre ça. »

5. L’élu de la région de Québec sait comment faire plaisir à son auditoire: toujours tout ramener aux Nordiques. C’est ce qu’il avait fait suite à l’arrivée de PKP en politique:

“Écoutez là, on veut pas avoir quelqu’un qui va faire un pays, on veut avoir quelqu’un qui va avoir une équipe de hockey.”

6. Toujours dans le domaine du sport, Hamad a habilement (mais pas tant que ça) évité de se prononcer sur une participation de la Caisse de dépôt dans l’achat d’une équipe en citant (peut-être) Coluche:

“Je ne suis pas pour ni contre, bien au contraire.”

7. Dans la foulée du rapport de Dominique Payette sur les radios de Québec, Sam Hamad s’est dit contre le fait de limiter la liberté d’expression en s’adressant à un animateur de la Capitale nationale. Enfin, c’est ce qu’on a compris:

“Vous avez tous des opinions politiques là, on s’en cachera pas. Vous êtes pas un cerveau, votre cerveau là quand même vous avez une tendance, vous pouvez l’exprimer de temps en temps. Mais moi limiter les gens d’exprimer, c’est difficile pour moi.”

8. Avant le dernier remaniement ministériel, Sam Hamad nous a expliqué qu’il n’avait pas d’influence sur le choix des ministres en inventant un mot:

“Vous savez, c’est le prérogatoire du premier ministre. C’est lui qui décide.”

9. Le perronisme de l’année, voire de la décennie, nous le devons aussi à Sam Hamad. Déjà un classique:

“Tout le monde fait le même principe, c’est pas vrai là, on vient pas d’inventer la roue à trois boutons là.”

10. Une petite dernière qui vient expliquer certaines des phrases louches de Sam Hamad:

“Tsé moi, j’tais pas allaité en parlant français là.”

Tout ça pour dire que l’incohérence et la syntaxe déficiente n’empêchent en rien de se hisser au conseil des ministres. Un message d’espoir pour ceux qui aspirent aux plus hauts sommets.

Aussi dans Le club des mal cités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!