Métro Tout est question de distance et d’équilibre.

«Nous nous aimons très fort, mais nous ne faisons plus l’amour.» Nombreux sont les couples qui ont une belle complicité, mais qui, un jour, vivent une panne de désir. Comment cela se produit-il?

Nous sommes des êtres complexes et bien contradictoires! D’une part, nous désirons la stabilité et la sécurité que l’engagement amoureux peut offrir. De l’autre, nous restons avides de nouvelles expériences audacieuses et dynamiques qui nous permettent de nous sentir vivants. Tant bien que mal, nous espérons donc vivre «intensément» dans un environnement douillet, où la routine s’installe et où deux êtres en arrivent trop souvent à se fusionner; mêmes amis, mêmes intérêts, mêmes activités! Or, dans ces conditions, l’homme ou la femme jadis si désirable devient davantage un compagnon de vie bien statique, difficile à érotiser.

Bref, l’engagement émousse-t-il nécessairement le désir? En quelque sorte, oui. Peut-on quand même désirer ce qu’on a déjà? Certainement; en faisant coexister amour et passion et en y trouvant un équilibre sain. Ironiquement, l’amour a besoin de proximité, tandis que l’érotisme prend vie à travers cet espace qui existe entre soi et l’autre. Tout est question de distance et d’équilibre. À l’inverse de ce que la société tente de faire croire, amour et désir ne vont pas nécessairement de pair et ne (dé)croissent pas au même rythme. Trop souvent, les problèmes de couple sont associés à un manque de proximité ou de communication. Pourtant, l’excitation, ce «piquant» des premiers temps, est lié à une certaine dose d’insécurité suscitée par l’inconnu, l’absence et le risque de perdre cet être cher. L’intimité existe donc en dehors de cette zone de confort créée par la proximité.

Quel est le défi du couple? En arriver à comprendre qu’acquérir une sexualité épanouissante est un véritable projet de vie. Une intimité, ça se forge! Pour attiser la flamme du désir, il faut garder en tête que le feu a besoin d’air. Les partenaires doivent en arriver à se créer cet espace entre l’anxiété que suscite la solitude et la fascination pour l’autre, espace à travers lequel le désir peut circuler librement. Prenez du recul et redevenez curieux; vous connaissez beaucoup moins votre partenaire que vous ne le pensez! Interrogez-vous sur vos besoins, votre vision de la sexualité, et exprimez les non-dits.

La baisse du désir est une difficulté aux nombreux visages. N’hésitez surtout pas à consulter un sexologue qui vous aidera à composer avec cette situation.

Lecture recommandée
L’intelligence érotique – Faire vivre le désir dans le couple, Esther Perel, Robert Laffont

Aussi dans Sexe dans la ville :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!