On ne facilite pas la vie des designers de talent au Québec. Dès qu’un créateur de mode fait preuve d’un tant soit peu d’audace, #lesgens se permettent – merci aux réseaux sociaux – des commentaires désobligeants, limite haineux.

Et c’est encore pire si un artiste ose endosser publiquement cette créativité débridée. Même Céline Dion en fait les frais cet été chaque fois qu’elle s’est permis de sortir des sentiers battus avec la bénédiction de son styliste, Law Roach.

Cette semaine, c’était au tour de Pénélope McQuade. L’animatrice a essuyé de nombreuses critiques après avoir porté une minijupe architecturale signée Markantoine à l’émission En mode Salvail.

Le jeune designer montréalais de la relève, aussi le chouchou de la comédienne Catherine Brunet, se démarque depuis quelques saisons avec des collections éclatées inspirées autant par l’esthétisme punk que le style Burton, admet-il lui-même.

Tout ce qui n’est pas une robe ligne A ou un tailleur-pantalon classique n’est pas forcément laid! Il faut savoir faire la différence entre une pièce haute couture et un vêtement fonctionnel créé pour la garde-robe de tous les jours.

La mode, c’est aussi de l’art. Rien de moins! Pas pour rien que les créations des Gaultier et Saint-Laurent de ce monde se retrouvent au musée!

 

 

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!