James Hamilton, Amazon Web Services Les rangées de serveurs dans un centre de données d'Amazon, comme celui qui ouvre aujourd'hui à Montréal.

Le fournisseur de services infonuagiques Amazon Web Services (AWS) devrait augmenter considérablement sa présence canadienne au cours des prochaines années, avec la mise en place aujourd’hui de sa première « région » canadienne, AWS Canada (Centre), dont l’un des centres de données est situé ici même à Montréal. Entretien avec Teresa Carlson, vice-présidente d’Amazon Web Services et responsable mondiale du secteur public.

Maxime Johnson : Que représente le lancement d’une nouvelle région exactement?
Teresa Carlson : La région AWS Canada contient deux zones de disponibilité, et chacune de ces zones regroupe un ou plusieurs centres de données. L’un d’eux est situé à Montréal. Nous respectons plusieurs critères lorsque nous choisissons où seront situés les centres, afin qu’ils soient par exemple approvisionnés par différents réseaux électriques et que les risques soient répartis pour les tremblements de terre et les inondations.

MJ : Comment est-ce que l’arrivée de la région devrait affecter la croissance d’AWS au Canada
TC : Nous ne dévoilons pas nos prédictions exactes, mais je peux dire que nous connaissons généralement une forte croissance dans les pays où nous instaurons une région. Nous prévoyons que trois types de clients profiteront du service. Les multinationales présentes au Canada devraient y transférer leurs données rapidement, suivies des jeunes entreprises technologiques. Notre présence dans le secteur public devrait aussi finalement décoller, car nous avons finalement quelque chose à leur offrir.

MJ : Quelle est l’importance d’avoir accès à une région locale pour vos clients?
TC : La chose la plus importante est de loin la souveraineté des données. C’est particulièrement vrai pour nos clients dans le secteur public, qui sont souvent tenus d’entreposer certaines données sur leur propre territoire. L’autre avantage est par rapport à la vitesse. C’est une question de physique : plus le centre de données est proche, plus le service est rapide.

MJ : Vous ne dévoilez jamais la taille ou l’emplacement exact de vos centres de données. Pourquoi?
TC : C’est une raison de sécurité. Si nos centres sont répertoriés sur une carte géographique, ce n’est pas bon pour personne. Nous donnons l’emplacement général, en disant par exemple qu’il y a un centre à Montréal, mais c’est tout. Certaines compagnies sont plus ouvertes, mais je crois que l’intérêt est surtout d’un point de vue marketing. Nous n’avons pas besoin de ça, ça ne fait qu’augmenter les coûts. Et AWS, comme Amazon dans son ensemble, essaie de fonctionner avec les coûts et les marges les plus bas possible.

Aussi dans Vie numérique :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!