Un litre d’essence en hiver produit de 1,5 à 3% moins d’énergie en hiver qu’en été, selon l’Office de l’efficacité énergétique du Canada. Voici les conseils du CAA-Québec pour réduire la facture d’essence.


Le temps des vidanges

Préparer sa voiture pour l’hiver n’équivaut pas seulement à la chausser de pneus à neige: pour faire des économies à la pompe, prévoyez un minimum d’entretien ou une mise au point par un spécialiste, conseille Annie Gauthier, porte-parole chez CAA-Québec.

«Il faut notamment une nouvelle huile de bonne qualité, peu granuleuse. Par temps froid, l’huile à moteur à tendance à épaissir et se répartit moins bien, ce qui a un effet direct sur la consommation d’essence.»

Veiller aussi à nettoyer le filtre à air, poursuit-elle. «Un filtre propre équilibre l’apport d’air et d’essence, ce qui réduit la consommation d’énergie.»

Bouton-vert_02Faites le ménage
Plus la voiture est lourde, plus elle brûle du carburant. Débarrassez-la de tout accessoire superflu, dit Annie Gauthier: par exemple, entreposer les pneus d’été plutôt que de les laisser dans la voiture. À l’extérieur, retirez autant que possible tout ce qui augmente la charge aérodynamique, comme le coffre de toit ou le support à vélo.

Bouton-vert_03Utilisez un chauffe-moteur
La dépense d’électricité engendrée par l’utilisation d’un chauffe-bloc – autour de 20$ par année, selon le CAA-Québec – sera largement compensée par des économies à court terme sur le carburant, et à long terme sur l’entretien du véhicule.

«Il permet de réaliser des économies d’essence de 15% sur les premiers 20km d’un trajet, tout en contribuant à réchauffer l’habitacle 40% plus vite que pour un véhicule non branché.»

Inutile de brancher le véhicule plus de trois heures avant de l’utiliser, insiste la porte-parole. Utilisez une minuterie pour éviter le gaspillage d’électricité.

Bouton-vert_04Bye-bye gadgets
Outre le confort de l’habitacle, utiliser un démarrage à distance pour «réchauffer l’auto» avant de s’installer au volant ne sert à rien d’autre qu’à brûler inutilement de l’essence.

«Trente secondes suffisent pour faire tourner le moteur, qui se réchauffera de toute façon en roulant, dit Annie Gauthier. On conduit ensuite en douceur sur environ 5 kilomètres.» Pour réduire la demande d’énergie, utilisez avec parcimonie les accessoires tels sièges ou volant chauffants, ajoute-t-elle.

Quant aux économiseurs d’essence en vente chez les détaillants de pièces automobiles, ils sont peu efficaces, selon le CAA-Québec. «Étant donné le niveau de performance des véhicules d’aujourd’hui quant à la consommation de carburant, il n’y a pas vraiment d’amélioration à gagner en utilisant ces outils.»

Bouton-vert_05Gonflés à bloc
Comme la pression des pneus fluctue selon le mercure, il faut régulièrement veiller à les garder bien gonflés. En plus d’améliorer l’adhérence, cette précaution permet d’augmenter la durée de vie des pneus et de restreindre la consommation de carburant, indique le CAA-Québec.

En revanche, investir dans un pneu à neige haut de gamme ne permet pas nécessairement d’économiser des sous à la pompe. «C’est davantage une question de sécurité que d’économie de carburant, dit Annie Gauthier. Pour choisir le bon pneu d’hiver – qui doit obligatoirement arborer le pictogramme du flocon dans une montagne – , il faut s’en remettre au spécialiste.»

Bouton-vert_06Adoptez l’écoconduite
Au final, le meilleur économiseur d’énergie, c’est vous : une conduite intelligente et prudente a des effets directs sur le portefeuille, selon le CAA-Québec. Par exemple, roulez en douceur et à vitesse constante, suggère la porte-parole. Surtout, évitez les mouvements brusques au freinage ou à l’accélération.

Et sur l’autoroute, levez le pied: un automobiliste roulant à 120km/h au lieu de 100km/h augmente sa consommation d’essence de 20%, relève l’organisme. Un pensez-y bien!

Aussi dans Automobile :

blog comments powered by Disqus