Photo: TC Media-Élaine Nicol Éléonore Macle était surprise de constater qu'une émission américaine s'intéressait à son entreprise.

En janvier 2015, Éléonore Macle, vice-présidente et relève d’Intermiel, reçoit un appel pour le moins inattendu. Un membre de l’équipe de How2Media, producteur d’une émission américaine, lui annonce que son entreprise située à Mirabel est sélectionnée dans le top 3 des entreprises apicoles dans le monde.

Après un long processus, la femme d’affaires reçoit un second appel. Cette fois, on lui annonce qu’Intermiel, qui était en compétition avec des entreprises des États-Unis et de l’Australie, a mis la main sur ce prestigieux titre !

«Nous étions surpris et très heureux à la fois, raconte Mme Macle qui est en congé de maternité pour les six prochains mois. C’est la première fois que nous remportons ce genre de prix!»

Lorsqu’elle a eu l’appel initial, la trentenaire ne comprenait pas trop pourquoi les producteurs de l’émission World’s Greatest TV s’intéressaient à son entreprise. Bien qu’Intermiel commence à exporter aux États-Unis et gagne des prix à l’occasion pour son hydromel dans le pays de l’Oncle Sam, elle n’est pas très connue de l’autre côté de la frontière.

«C’est spécial qu’ils aient eu notre nom», remarque-t-elle.

Cette dernière estime que c’est la diversité de l’entreprise qui a attiré l’attention de cette émission produite en Floride.

«Nous avons des ruches, on fait la production de miel, de la transformation, des produits gourmands, des alcools, nous avons une grande diversification de produits. On fait de l’éducation», énumère-t-elle.

Une autre reconnaissance
Dans le reportage de près de quatre minutes, Éléonore Macle parle de l’entreprise familiale, de ses produits ainsi que du volet éducatif d’Intermiel. Cette vidéo qui a été diffusée en octobre dernier et qui sera diffusée à plusieurs reprises dans différents états américains dans les prochains mois aura sans doute un impact positif sur l’entreprise mirabelloise qui exporte ses produits en Chine, au Japon et au Moyen-Orient.

«Nous avons hâte de voir les répercussions. C’est une émission qui est reconnue. C’est assez prestigieux. Nous sommes reconnus par les Américains pour notre hydromel, mais pas pour le miel», rapporte-t-elle.

Cette reconnaissance s’ajoute aux multiples distinctions d’Intermiel. En effet, en 2013 l’entreprise a été récipiendaire du titre de commandeur avec la mention très grand mérite exceptionnel gagnant national «Catégorie Or» à l’Ordre national du mérite agricole à l’Assemblée nationale.

Au fil des années, elle a également reçu des distinctions du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), du Conseil québécois du commerce de détail et des Grands prix du tourisme québécois pour la petite entreprise.

40 ans d’existence
Intermiel a célébré ses 40 ans cette année sans tambour ni trompette. Pour cet anniversaire, l’entreprise qui engage une cinquantaine d’employés en haute saison a rénové entièrement sa boutique.

«On lui a donné un côté plus moderne, plus épuré. On a voulu maximiser l’expérience client. Ces derniers peuvent maintenant déguster tous les produits grâce au bar au milieu de la boutique», raconte Mme Macle.

L’entreprise a été fondée en 1976 par ses parents Viviane et Christian, deux professeurs originaires de France. Depuis, Intermiel peut compter sur de fidèles clients qui viennent chercher leur miel au 10291 rang de la Fresnière à Saint-Benoît à Mirabel, se réjouit-elle. Aujourd’hui, Intermiel accueille plus de 100 000 visiteurs par année, dont 15 000 élèves.

Aussi dans Bouffe :

blog comments powered by Disqus