Getty Images/iStockphoto

Les pluies abondantes et la température froide n’auront pas eu raison de la saison des fraises. Les petits fruits seront disponibles à l’autocueillette aux environs de la Fête nationale.

«Il ne s’agira pas d’une année hâtive, mais on pense qu’elle sera dans la moyenne. Tout dépendra de la température, mais les producteurs sont optimistes», annonce Jennifer Crawford, directrice générale par intérim de l’Association des producteurs de fraises et framboises du Québec.

Ces derniers ne constatent pas de dégâts importants dans leurs champs. Malgré la flotte et l’humidité, il n’y aurait pas de maladies sur les racines ou le feuillage.

«La paille qui protège les plants a été enlevée avant les grosses pluies, indique Jennifer Crawford. Cela a permis d’éviter les dommages.»

Soleil
En avril, il est tombé deux fois plus de précipitations que la normale. La station d’Environnement Canada à L’Acadie a enregistré 143,3 millimètres de pluie pour cette période, alors que la moyenne est de 67,8 millimètres. Le 30 mai, Saint-Jean-sur-Richelieu avait reçu 60,7 millimètres de pluie pour le mois.

Il faudra maintenant que le soleil demeure au rendez-vous, afin de permettre le développement et le mûrissement des fruits. La chaleur sera bienvenue, mais pas la canicule.

En 2016, les producteurs ont ouvert leurs champs à l’autocueillette le 20 juin. Les rendements étaient à leur meilleur entre la Fête nationale et celle du Canada. Le scénario pourrait être similaire en 2017.

Aussi dans Bouffe :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!