OTTAWA — Santé Canada subit des pressions de la part de défenseurs de la santé publique qui veulent s’assurer qu’il y aura des changements majeurs dans la refonte du Guide alimentaire canadien. L’organisation travaille sur de nouvelles directives alimentaires très attendues qui doivent être publiées au début de l’année prochaine — un processus qui a franchi une nouvelle étape vers sa conclusion cette semaine.

Les consultations sur les modifications à venir ont pris fin lundi et le ministère veut maintenant rassurer le public qu’il a pris les mesures nécessaires pour éviter toute possibilité de conflits d’intérêts dans le processus.

Le directeur général du bureau de la politique et de la promotion de la nutrition chez Santé Canada, Hasan Hutchinson, reconnaît qu’il y a une «impression» qui perdure chez certains acteurs du milieu et chez certains Canadiens qui croient que le dernier guide était trop influencé par l’industrie.

Il déplore que cette impression ait pour conséquence de miner la confiance des Canadiens envers le guide alimentaire. Cette fois-ci, Santé Canada a donc fait en sorte d’appliquer un contrôle sévère aux discussions et d’interdire les «rencontres en coulisses».

L’organisme n’utilise pas les études financées par des gens qui ont des intérêts directs liés à l’industrie alimentaire, a soutenu M. Hutchinson. Seules les meilleures données scientifiques disponibles sont prises en compte.

Les nouvelles directives alimentaires vont être scrutées en profondeur par les défenseurs de la santé publique, dont le Dr Yoni Freedhoff, un spécialiste de l’obésité installé à Ottawa, qui espère que la prochaine version représentera une grande amélioration par rapport au document actuel. M. Freedhoff est un critique de longue date qui a soulevé bon nombre de problèmes sur le guide alimentaire.

Le sénateur conservateur Kelvin Ogilvie s’attend aussi à ce que l’industrie étudie de près le nouveau guide avec les milliards de dollars en jeu dans le marché alimentaire. Il croit que Santé Canada ne doit pas se laisser influencer et doit se baser uniquement sur la science.

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!