Denis Beaumont/Métro Café Checkpoint Charlie

Le Café Checkpoint Charlie est un nouveau petit restaurant qui vient d’ouvrir à l’angle du boulevard Saint-Laurent et de la rue Mont-Royal.

Pour les férus d’histoire, Checkpoint Charlie évoque l’un de ces passages frontaliers qui reliaient le Berlin-Ouest occidental et le Berlin-Est soviétique. Mais pour les amateurs de bonne bouffe, cette désignation sera bien vite associée au 4433, boulevard Saint-Laurent, où s’est récemment établi un sympathique restaurant allemand, tenu avec modestie et chaleur par un couple d’immigrants.

Lui est Allemand, à la plaque et aux chaudrons. Elle est Portugaise, à l’accueil et au service, ravie de partager son histoire et les secrets de la gastronomie berlinoise avec les clients. Bien qu’elle nous aborde en anglais, la dame fera tous les efforts pour nous servir dans la langue des chefs Troisgros.

En entrée, nous commandons une salade de concombres, tandis que notre invitée opte pour la salade du diable. La première, fraîche et légère, mais un peu trop vinaigrée, convie concombres, oignons, piments, laitue, échalote et aneth, tandis que la deuxième incorpore de succulents morceaux froids de bœuf bourguignon épicé. Allemagne oblige, les carnivores seront comblés par le menu.

Les plats de résistance comprennent des saucisses variées, la spécialité de la maison, des kassler – des côtelettes de porc – ou encore des schnitzels, sur lesquels notre choix s’arrête. Ce met typique consiste à farcir une escalope de porc ou de veau, pliée en deux, puis à la paner légèrement. Nous choisissons le schnitzel de porc au fromage suisse et au jambon. Le propriétaire et cuisinier me conseille d’arroser le tout d’un zeste de citron. Simple, frais et délicieux.

Notre invitée déguste la saucisse signature, la CPC, fortement épicée. Les viandes sont accompagnées de patates rôties mêlées à du bacon frais, simples mais savoureuses, et de choucroute maison. Nous sommes vite rassasiés vu la consistance des plats, et à cet instant, la bière aurait été fort bienvenue dans cette succursale sapide d’un pays qui, après tout, accueille le festival brassicole Oktoberfest.

Malheureusement, le permis d’alcool n’a toujours pas franchi la frontière du Café Checkpoint Charlie. Affaire à suivre, nous dit la copropriétaire. Nous nous rabattons sur la limonade fraîche, qui convainc bon nombre de Montréalais de faire un petit détour par le café par les journées chaudes d’été.

Nous posons les couverts quelques instants, le temps de digérer, mais aussi d’apprécier le décor historique et significatif des lieux, ancré dans l’Allemagne des années 1990. Les murs sont ornés de documents d’archives et de graffitis qui rappellent l’époque du Rideau de fer.

À l’entrée, une grande table de bois permet aux mangeurs solitaires et aux buveurs de café de s’installer en feuilletant le journal, et avec l’impression d’une certaine compagnie. Sinon, seules trois petites tables de quatre places sont installées à bonne distance l’une de l’autre, renforçant cet effet d’intimité et de connivence avec les hôtes.

Sur la nôtre vient se poser un authentique strudel aux pommes, question de rester ancré dans la tradition pour terminer notre repas. Les desserts ne sont pas cuisinés sur place, mais celui-ci provient d’une pâtisserie allemande de Côte-des-Neiges.

Le strudel, qui marie bien les pommes, les raisins secs et la cannelle, est servi chaud – mais pas assez – et est accompagné de crème glacée. C’est une très bonne option en attendant que le chef prépare lui-même ses desserts.

Trois services plus tard, nous sommes repus et rassasiés, convaincus que le Café Checkpoint Charlie deviendra bien vite un passage obligé pour les Montréalais en quête à la fois de simplicité et de dépaysement.

En résumé

  • L’occasion. Parfait pour les dîners tardifs en semaine.
  • L’ambiance et le décor. Ambiance de café berlinois des années 1990, décoration qui nous donne l’impression de marcher le long du mur de Berlin.
  • Les prix. Compter environ 30 $ pour un repas (incluant l’entrée et le dessert) et une limonade maison.
  • Nous avons aimé. L’accueil chaleureux, les plats simples et réconfortants, le dépaysement.
  • Nous avons moins aimé.  L’absence de boissons alcoolisées et de desserts faits sur place.

Café Checkpoint Charlie
4433, boulevard Saint-Laurent

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!